Abstract

Le gisement Autunien de Muse est célèbre pour ses richesses paléontologiques et notamment pour sa « couche aux poissons » dans laquelle les Aeduellidae (Pisces, Actinopterygii) sont particulièrement abondants. Alors que l’histoire de ce gisement est bien documentée à partir de la fin des années 1830, les premières recherches paléontologiques et géologiques qui y ont été faites avant cette période, restent encore mal connues. Un manuscrit inédit d’Alexander von Humboldt révèle qu’il avait étudié en mars 1805 la géologie de la région d’Autun où il avait reconnu le Zechstein. Un témoignage consigné dans la Feuille du Canton de Vaud permet de faire remonter à l’année 1811 la collecte des premiers spécimens de poissons à Muse. Deux naturalistes et géologues, François-Joseph Lainé et Cyprien Prosper Brard, sont à l’origine de ces découvertes. Dans les années 1820, de nombreux poissons fossiles de Muse furent ensuite collectés par Augustin Henri de Bonnard. Des spécimens d’Aeduella blainvillei (Agassiz, 1833) faisant partie des premières découvertes faites à Muse ont été identifiés dans les collections du Musée cantonal de Géologie à Lausanne et dans celles du Muséum national d’Histoire naturelle, Paris. Cet inventaire a permis de retrouver plusieurs spécimens de la collection Alexandre Brongniart sur lesquelles Henri-Marie Ducrotay de Blainville a établi les espèces « Palaeothrissum inaequilobum » et « Palaeothrissum parvum ». La partie postérieure d’un des spécimens de la série type de « Palaeoniscus voltzii » Agassiz, 1833 qui était considéré comme perdu depuis longtemps, a également été identifiée. Un dessin inédit conservé dans les archives de Cuvier montrant une plaque de schiste de Muse avec deux Aeduella blainvillei est présenté. Cette pièce était conservée dans le Cabinet d’histoire naturelle de Barthélémy Faujas de Saint-Fond. Ce dessin constitue la plus ancienne représentation de poissons fossiles de cette localité réalisée avant les figures publiées en 1833 et 1834 par Louis Agassiz dans ses Recherches sur les poissons fossiles. Les découvertes paléoichthyologiques effectuées à Muse et Igornay par plusieurs personnalités comme Landriot, Selligue et Héricart de Thury dans les années 1830 sont aussi mises en lumière. Pour finir, des documents manuscrits inédits rédigés vers 1824 dévoilent les différentes opinions d’Ami Boué, Alexander von Humboldt et Augustin Henri de Bonnard sur la position stratigraphique des schistes bitumineux de la région d’Autun bien avant que le Permien ne soit créé par le géologue britannique Roderick Impey Murchison en 1841.

You do not currently have access to this article.