Abstract

We present new data constraining the Late Jurassic to Early Cretaceous evolution of the Southeastern French basin (SFB). Meso-scale faults with displacement of several decimeters to 1–2 meters were sampled for geometric and kinematic data analysis and the faulted and un-faulted sedimentary units were examined for sedimentologic and bio-stratigraphic purposes. Small-scale faults were also extensively collected to determine the local stress states during this period. Meso-scale normal faults formed during sediment deposition or before its complete lithification attest of a recurrent activity in the Late Jurassic to Early Cretaceous period in an overall extensional context. The fault network cutting the Oxfordian to Aptian sequences included normal faults of various trends, ranging between WSW-ENE and NNW-SSE. We show that the deformation mechanism in the SFB drastically changed in the Jurassic-Cretaceous transition (latermost Tithonian?), with the direction of extension rotating from a WNW-ESE to a NNE-SSW direction. Lateral thickness variation of the sequences, redistribution of sediments, faulting at various scales concur that the Early Cretaceous period marks a tectono-stratigraphic reorganization of the basin. We suggest that it traduces the rifting and later opening of the North Atlantic (main branch and bay of Biscay branch).

Abstract

Nous présentons des données nouvelles dans le bassin du Sud-Est (France) qui nous permettent de discuter l’évolution de ce bassin au cours de la période allant du Jurassique supérieur au Crétacé inférieur. Les attributs géométriques et cinématiques de failles à rejet décimétrique à métrique sont examinés ainsi que les caractéristiques sédimentaires des séries affectées et scellant ces structures. Un examen du contenu micropaléontologique renseigne l’âge de ces unités. Les états de contraintes locaux sont obtenus à partir de l’inversion de failles de petite dimension collectées de manière extensive dans la région. Des failles normales actives pendant la sédimentation ou avant la lithification complète des sédiments attestent d’une activité pérenne en contexte extensif pendant le Jurassique supérieur et le Crétacé inférieur. Le réseau de fractures affectant les séries oxfordiennes à aptienne comporte des failles normales aux directions hétérogènes, variant de WSW-ENE à NNW-SSE. Nous montrons que le mécanisme de la déformation change drastiquement à la transition Jurassique-Crétacé (Tithonien terminal?) avec une direction d’extension évoluant de WNW-ESE à NNE-SSW. Les variations d’épaisseur des dépôts, les vallées sous-marines redistribuant les sédiments, la fracturation à toute échelle traduisent la même signature d’une ré-organisation tectono-sédimentaire du bassin. Cette dernière se fait l’écho du rifting et de l’océanisation dans l’Atlantique Nord (branche principale et branche du golfe de Gascogne).

You do not currently have access to this article.