Abstract

Une réaimantation “syntectonique” éocène a été mise en évidence dans toute la virgation des Corbières, des Fenouillèdes à l’arc de Saint-Chinian. Son analyse montre que le synclinorium de Saint-Paul de Fenouillet a conservé son orientation E-W originelle, alors que son extrémité orientale a subi une torsion anti-horaire importante à l’amorce de la virgation. La branche méridienne de la virgation est composée de blocs plurikilométriques qui présentent une rotation senestre homogène sur toute leur surface, mais différente d’un bloc à l’autre. Le paléomagnétisme a permis de mettre l’accent sur le caractère majeur de l’accident de Vingrau, orienté NE-SW comme le réseau de failles des Cévennes, qui limite des blocs ayant subi, de part et d’autre, des rotations de valeurs différentes. En outre, il a été démontré que localement le socle avait subi la même rotation au même titre que la nappe des Corbières qui le surmonte. La comparaison des données paléomagnétiques avec la réaimantation, déterminée dans les Cévennes et ayant permis de dater de l’Eocène les minéralisations sulfurées liées aux strates (MVT), montre que la même réaimantation est présente dans l’avant-pays pyrénéen.

You do not currently have access to this article.