Abstract

Des récifs ont été décrits dans le Toarcien supérieur du Moyen Atlas Marocain [Elmi et al., 2002]. Ils sont localisés dans le synclinal de Awragh-Afennourir (Moyen Atlas occidental) immédiatement au sud du Moyen Atlas tabulaire. Ce sont des biohermes placés au sommet de blocs basculés. Leur épaisseur varie de 1 à 12 m. Ils reposent sur une formation datée de la zone à Levisoni, sous zone à Gemma et sont couverts par des sédiments appartenant à la partie supérieure de la zone à Meneghini. Leur paléolatitude était de 18°N. Un ensemble de 18 échantillons de coraux collectés par S. Elmi sont ici analysés. Ils constituent un témoignage exceptionnel de faune corallienne récifale pour cet étage. Les taxons appartenant aux genres Cladophyllia, Diplocoenia ?, Montlivaltia (deux espèces), Thecosmilia (deux espèces), Isastrea ?, Latomeandra, Periseris, Microphyllia (trois espèces), et Proleptophyllia (deux espèces), ont été identifiés. La faune inclut 12 formes coloniales et 7 solitaires. Parmi les spécimens coloniaux, les formes méandroïdes avec un haut niveau d’intégration colonial sont bien représentées et fournissent un argument fort pour la présence de zooxanthelles symbiotiques. L’examen des textures micritiques et des croûtes microbialitiques, associé avec le développement important des microarchitectures pennulaires suggèrent un récif sous le niveau d’action des vagues de beau temps et des eaux plutôt mésotrophiques. Les coraux, leur forme et leur diversité, permettent de diagnostiquer des récifs de zone photique, à une profondeur et une latitude optimale. Les extensions stratigraphiques de plusieurs genres sont agrandies : nouvelle première occurrence pour Cladophyllia, Latomeandra et Periseris (peut être aussi Diplocoenia) et nouvelle dernière occurrence pour Proleptophyllia classiquement considéré comme Pliensbachien. La seule monographie disponible à caractère général sur les coraux du Lias du Maroc [Beauvais, 1986] identifie 15 taxons génériques pour le Toarcien. Tous proviennent du Haut Atlas et seulement 3 taxons sont communs avec les résultats présentés ici. La vue générale est celle d’une faune qui ressemble davantage à celle des communautés récifales du Dogger qu’à celle du Pliensbachien.

You do not currently have access to this article.