The Canol Formation is only 24.5 m thick at its historic type section at Powell Creek, northern Mackenzie Mountains, whereas in the off-bank sections of the Mackenzie Plain subsurface, where it is considered a high-quality shale hydrocarbon prospect, it thickens to 60–120 m. This paper reviews available lithological and conodont biostratigraphic information from the type section, discusses choices of contacts and subdivisions, and explores the limits of regional correlation using gamma spectrometry proxies. We position the base of the Canol Formation at the top of the lower resistant unit of the “allochthonous limestone beds”, the thick off-reef debris package present in this outcrop but absent in other well-known Canol sections. The base of the formation can be of a latest Givetian age as suggested by the norrisi zone conodont fauna from the “allochthonous limestone”. The top of the Canol Formation is placed at the base of a distinct, 2.1 m thick horizon with concretionary carbonate beds within the thick shale transition between the Canol and the Imperial formations. Limestone nodules from this horizon produced a conodont fauna that can occur in the jamieae to Upper rhenana zones (Frasnian zones 11–12) thereby suggesting a middle to earliest Late Frasnian age for the Canol top. The cross-section tying several outcrop and well sections across the regional facies zonation reveals that the Dodo Canyon Member, a unit erected in thick off-bank Canol sections, is traceable at Powell Creek. In this correlation, the Vermillion Creek Member, which is the lower portion of the Canol Formation in thick off-bank sections, finds its counterpart in the allochthonous limestone beds sensu MacKenzie (1970). This cross-section is the first correlation of the Canol stratotype at member level available in published sources. Thinness of the Canol Formation at Powell Creek, as well as its location in the carbonate bank toe-of-slope setting, are factors impairing its reference value and calling for more representative sections to act as reference sections and constitute a composite-stratotype for the Canol Formation.

Dans la partie septentrionale des monts Mackenzie, l’épaisseur du stratotype historique de la Formation de Canol à Powell Creek n’est que de 24,5 mètres d’épaisseur, alors que les coupes ne reposant pas sur les bancs de la sub-surface de la plaine du Mackenzie s’épaississent de 60 m à 120 m et sont considérées comme une zone productive possible d’hydrocarbures de schiste de haute qualité. Le présent document examine l’information lithologique et biostratigraphique des conodontes disponible du stratotype, discute des choix de contacts et de subdivisions et explore les limites des corrélations régionales par la spectrométrie gamma. Nous avons positionné la base de la Formation de Canol au haut de l’unité de plus faible résistance parmi les « lits de calcaire allochtones »’, c’est-à-dire les débris extra-récifaux épais présents dans cet affleurement, mais absents dans les autres coupes géologiques bien connues de Canol. La base de la formation peut dater du Givétien plus tardif comme semble le suggérer la zone faunique de conodontes de norrisi provenant du « calcaire allochtone ». Le haut de la Formation de Canol est situé à la base d’un horizon distinct de 2,1 m d’épaisseur avec du carbonate concrétionnaire lité, à même l’épaisse transition de schiste entre les Formations de Canol et d’Imperial. Des nodules de calcaire de cet horizon ont révélé une faune de conodontes qui peut se montrer dans les zones jamieae jusqu’à celles supérieures de rhenana (c.-à-d. les zones frasniennes 11 à 12), ce qui nous porte à croire à une datation allant du Frasnien moyen à tôt tardif pour le haut de Canol. La coupe transversale liant plusieurs coupes d’affleurements et de puits dans la zonalité de faciès régional indique que le membre de Dodo Canyon, lequel est une unité élevée en coupes épaisses ne reposant pas sur le banc de la Formation de Canol, peut être retracé à Powell Creek. Dans cette corrélation, le membre de Vermillion Creek, qui est la partie inférieure de la Formation de Canol en coupes épaisses ne reposant pas sur le banc, trouve sa contrepartie dans les lits de calcaire allochtone sensu Mackenzie (1970). Cette coupe transversale est la première corrélation du stratotype de la Formation de Canol au niveau du membre disponible dans les publications. La minceur de la Formation de Canol à Powell Creek ainsi que son emplacement dans le pied du banc carbonaté sont des facteurs qui altèrent sa valeur de référence, ce qui exige des coupes géologiques de référence plus représentatives pour constituer un stratotype-composite de la Formation de Canol.

Michel Ory

You do not currently have access to this article.