Abstract

In Liard Basin of northern British Columbia, syn-depositional motion on the Bovie structure resulted in greater thicknesses of Cretaceous sediments. The Early Cretaceous Garbutt Formation was deposited during the initiation of a major marine transgression. Organic-rich shales and siltstones in its lower part record maximum flooding and have been informally termed the Radioactive Zone (RZ). The Garbutt Formation is dominated by shales and siltstones and is here subdivided into three informal units; the lower Garbutt Formation (LGF), the succeeding RZ and the upper Garbutt Formation (UGF). The combined thickness of the Radioactive Zone and lower Garbutt Formation is 40 to over 120 m thick and can be at greater than 2000 m depth in Liard Basin. The lower Garbutt Formation is not recognized east of the Bovie structure and the RZ is considerably thinner or absent locally, suggesting this area remained high relative to Liard Basin. Total organic carbon and Rock-Eval data suggest that the RZ is a good to very good source rock and that the LGF is also a good source rock. Organic matter is dominantly Type II kerogen, although more terrestrial Type III input becomes prevalent in western parts of the basin. Thermal maturity inferred from Tmax, in addition to hydrogen index levels, indicate that these rocks are in the oil window in northern Liard Basin and in the wet gas window within central Liard Basin. Porosities average 8% and matrix compositions average 39 wt.% quartz, 4 wt.% feldspar and calcite and 53 wt.% clays (illite/mica, kaolinite and chlorite). The properties of the RZ and LGF indicate that a potential liquids-rich shale gas play may occur within central Liard Basin.

Résumé

Dans le bassin de la Liard de la Colombie-Britannique septentrionale, l’épaisseur plus considérable des sédiments du Crétacé résulte du mouvement synsédimentaire sur la structure de Bovie. La Formation de Garbutt du Crétacé précoce a été déposée au début d’une transgression marine majeure. Appelées officieusement Zone Radioactive (ZR), les schistes et siltites riches en matières organiques de la partie inférieure de la Formation révèlent l’inondation maximale. Le schiste et la siltite prédominent dans la Formation de Garbutt et, dans le présent document, nous la subdivisons en trois unités informelles : la Formation de Garbutt inférieure (FGI), la ZR suivante et la Formation de Garbutt supérieure (FGS). La Zone Radioactive et la Formation de Garbutt inférieure ont une épaisseur totale de 40 m à 120 m et elles peuvent loger à une profondeur de plus de 2000 m dans le bassin de la Liard. À l’est de la structure de Bovie, on ne parvient pas à reconnaître la Formation de Garbutt inférieure et la ZR se révèle considérablement plus mince ou absente sur le plan local, et l’on présume que la région est restée élevée par rapport au bassin de la Liard. Le carbone organique total et les données de l’appareil Rock-Eval laissent penser que l’on pourrait qualifier la roche mère de la ZR de bonne à très bonne et celles de la FGI plutôt bonne. Le kérogène de type II prédomine dans la matière organique, bien que l’apport en type III plus terrigène devient prévalant dans la partie occidentale du bassin. En plus du niveau d’indice d’hydrogène, la maturité thermique déduite du Tmax indiquent que ces roches logent dans la fenêtre à huile du bassin septentrional de la Liard, tandis que le gaz humide est au centre du bassin de la Liard. Les porosités atteignent en moyenne 8% et la composition matricielle moyenne en poids est de 39% de quartz, 4% de feldspath-calcite et 53% de minéraux argileux (illite/mica, kaolinite et chlorite). Les propriétés de la ZR et de FGI montrent qu’une zone de gaz de schistes potentielle à forte teneur en liquides pourraient se trouver dans le bassin de la Liard central.

Michel Ory

You do not currently have access to this article.