Abstract

The paleoenvironments represented by the middle McMurray Formation have been actively debated within the last few decades. Highly detailed core studies have investigated the ichnology of the middle McMurray to gain insight on the paleodepositional conditions of these sediments. However, oil saturation makes diagnostic sedimentary and biogenic features difficult to see in core surfaces. Following on earlier published research, shortwave infrared (SWIR) hyperspectral imagery is collected, analyzed and compared to a previously studied McMurray Formation core. The method is tested on one well to be applied to the future studies. SWIR imagery significantly enhances the visibility of physical and biological sedimentary structures, especially within coarse-grained, bitumen-saturated intervals. The new observations provide support for interpretations derived from the direct study of the core and, in some cases, provide new observations that refine the core interpretation. Specifically, based on additional trace-fossil observations, lithosome L1 (high- and low-angle cross-stratified sandstone) is interpreted to represent bioturbation consistent with the middle estuary rather than the inner estuary. Deposition of lithosomes L2a (sandstone-dominated IHS) and L2b (equally interbedded sandstone and mudstone IHS) likely occurred in the middle estuary instead of inner to middle estuary. Interpretation of depositional locale is not changed for L2c, whereas L2d (mudstone-dominated burrowed IHS) is now interpreted to be deposited in the middle estuary instead of the previously suggested inner-middle estuary.

Résumé

Les paléoenvironnements représentés par la Formation de McMurray moyenne ont été l’objet de vifs débats au cours des dernières décennies. L’étude de carottes avec force de détails sur l’ichnologie de la McMurray moyenne a permis de se faire une idée des conditions paléosédimentaires de ces sédiments. Cependant, la saturation en pétrole fait en sorte qu’il s’avère difficile de discerner les caractéristiques sédimentaires et biogènes de diagnostic lorsque l’on analyse la surface des carottes d’échantillon. À la suite de recherche publiée auparavant, des images de radiométrie spectrale infrarouge à ondes courtes (IROC) ont été collectées, analysées, puis comparées à une carotte d’échantillon de la Formation de McMurray étudiée précédemment. La méthode a été mise à l’essai sur un puits en prévision de futures études. L’imagerie à IROC rehausse de façon significative la visibilité des structures sédimentaires physiques et biologiques, en particulier dans les intervalles saturés de bitume à grains grossiers. Les nouvelles observations appuient les interprétations découlant de l’étude directe de la carotte et, en certains cas, de nouvelles observations en améliorent l’interprétation. Plus particulièrement, compte tenu d’observations additionnelles sur les ichnofossiles, les lithosomes L1 (stratification entrecroisée de grès à fort et à faible pendage) représenteraient la bioturbation correspondant au moyen estuaire plutôt qu’à l’estuaire intérieur. Le dépôt des lithosomes L2a (SHI à prédominance de grès) et L2b (intercalation gréseuse et SHI de mudstone en nombre égal) s’est produit vraisemblablement dans le moyen estuaire au lieu de l’estuaire intérieur à moyen. Il n’y a aucun changement d’interprétation en ce qui concerne la niche sédimentaire des L2c. En revanche, les L2d (SHI à tubulures à prédominance de mudstone) auraient été déposés dans le moyen estuaire au lieu de l’estuaire intérieur-moyen suggéré précédemment.

Michel Ory

You do not currently have access to this article.