ABSTRACT

The hydrocarbon-bearing Oligocene Kugmallit Sequence is a siliciclastic unit comprising delta plain, delta front, prodelta and continental shelf-to-slope deposits, underlying over 20 000 km2 of the Mackenzie Delta-Beaufort Sea. The delta front to base-of-slope deposits typically comprise massive- to parallel-bedded mudstone and sandstone, bio-turbated to varying extents. Core samples from depths of 0.9 to 4.4 km, representing all the major deltaic depositional environments, form the basis of the petrographic study. The sandstones are fine-grained on average and range from very fine- to medium-grained. Sorting in all depositional environments is typically poor to very poor, though very well sorted sandstones occur sporadically. A marked increase in the proportion of chert grains, together with improved sorting, accompany increasing median grain size. The creation of secondary porosity, comprising over half of the present porosity, enhanced the permeability, even for the very poorly to poorly sorted sandstones. Relationships between depth-matched petrographic characteristics, petrophysical core measurements and wireline log values are evaluated. For very coarse-grained siltstones to medium-grained sandstones, a decrease in total gamma-ray count on logs corresponds to an increase in median grain size; also, the difference between the neutron and density log porosity values for this grain size range decreases with improved sorting. Rare carbonate-cemented sandstones are recognized on wireline logs by fast sonic interval transit times and by high density values. Computer-processed interpretations of entire wireline log suites, including high vertical resolution logs, showing output with dry clay and bound water separately, are most easily calibrated with detailed petrographic data. Preliminary results suggest that this type of calibration could improve the interpretation of sandstone properties over uncored intervals, particularly for sandstone units less than one metre thick.

RÉSUMÉ

La séquence Oligocene Kugmallit contenant de l’hydrocarbure est une unité siliciclastique composée de sédiments de plaine deltaïque, de front de delta, prodeltaïque et de plateforme continentale allant jusqu’au talus sur plus de 20 000 km2. Cette unité est sous-jacente au delta de Mackenzie-mer de Beaufort. Les sédiments du front de delta jusqu’aux sédiments de la base du talus sont typiquement composés de mudstones et de grès massifs jusqu’à en litage parallèle, variablement bioturbés. La collection de carottes provient de profondeurs allant de 0,9 km à 4,4 km et représente tous les environnements de sédiments deltaïques principaux et elle est la base de l’étude pétrographique. Le grès est en moyenne à grain fin allant de très fin à moyen. Le triage pour tous les environnements de sédimentation typiquement va de pauvre à très pauvre, même si du grès bien trié se produit sporadiquement. Une augmentation marquée du pourcentage de grains de chert, ainsi qu’un triage amélioré, accompagne une augmentation des grains de taille moyenne. La création de porosité secondaire, comprenant plus de la moitié de la porosité courante, améliore la perméabilité, même pour le grès trié pauvrement à très pauvrement. Les rapports entre les caractéristiques pétrographiques de profondeurs appariées, les mesures pétrophysiques des carottes et les valeurs des diagraphies électriques sont évaluées. Pour les grains de microgrès très gros aux grains de grès moyens, une baisse du compte total par rayons gamma sur les diagrammes correspond à une augmentation de la taille du grain moyen; de plus, la différence entre les neutrons et les valeurs de la densité de la porosité du diagramme pour cette gamme de tailles de grains diminuent avec l’amélioration du triage. Le rare grès à ciment calcique est reconnu par des logs électriques avec des temps de transit soniques à intervalles rapprochés et des valeurs de hautes densités. Les interprétations des ensembles de diagraphies électriques intégrales traitées par ordinateur, y compris les logs à résolution élevée verticaux, indiquant séparément les résultats avec argile sèche et eau de rétention, sont calibrées plus facilement avec des données pétrographiques. Les premiers résultats suggèrent que ce type de datation pourrait améliorer l’interprétation des propriétés du grès entre deux régions forées, surtout pour les unités de grès de moins d’un mètre d’épaisseur.

Traduit par Marie Louise Tomas

This content is PDF only. Please click on the PDF icon to access.

First Page Preview

First page PDF preview
You do not currently have access to this article.