Gravity, magnetic and reflection seismic data were compiled and interpreted to determine the basement configuration and internal structure in the Carboniferous Bay St. George Subbasin of Western Newfoundland and to ascertain the relationship of the known petroleum and coal occurrences to the geophysically determined structure.

Gravity profiles, selected where best constrained by the seismic interpretation and geology, were modelled using available physical parameters to obtain estimates of depth to basement, configurations of major lithological units and the extent of large evaporite structures within the Carboniferous strata.

The offshore portion of the study area has the configuration of a half-graben dipping monoclinally to the southeast except where interrupted locally by faults. Onshore, only limited confidential seismic data were available but the gravity and magnetic data suggest that the general structure is similar to that offshore, with elongate depocentres parallelling the basin bounding the Long Range Fault trend. The maximum thickness of Carboniferous sediments in individual depocentres is interpreted as 6 km offshore and 4 km onshore.

The subbasin is transected by several east-west, dextral, principally strike-slip faults across which there is dextral offset of up to 5 km; the features are approximately 10 km apart. Vertical displacements associated with the features are minimal with a single exception where a throw of greater than 2 km has been identified from offsets in the basement seismic reflector. The features appear to postdate deposition of the Mississippian-aged Codroy Group, and may be late Mississippian or early Pennsylvanian.

Des données de sondages gravimétriques, magnétiques et d’ondes séismiques réfléchies ont été compilées et interprétées afin de définir la configuration et la structure interne des roches du socle dans le sous-bassin Carbonifère baie St. George de l’ouest de Terre-Neuve et d’établir la relation entre les dépôts connus de pétrole et de charbon, et la structure définie à l’aide de la géophysique.

Des profiles gravimétriques, choisis à des endroits où l’interprétation des données sismiques et la géologie imposent les restrictions les plus serrées sur la gamme des interprétations, ont été modelés en faisant usage des paramètres physiques disponibles afin d’obtenir la profondeur jusqu’au socle, les configurations des unités lithologiques importantes et l’étendue des grandes structures évaporitiques localisées au sein des strates Carbonifères.

La partie extracôtière de la région étudiée présente la configuration d’un demi-graben avec pendage monoclinal vers le sud-ouest excepté où ce dernier est interrompu par des failles. À terre, seulement des données sismiques confidentielles limitées étaient disponibles, mais les données des sondages gravimétriques et magnétiques suggèrent que la structure générale est semblable à celle qui se trouve dans la région extracôtière, avec des points de sédimentation maximum allongés parallèles à la tendance de la faille Long Range qui forme le bord du bassin. L’épaisseur maximale des sédiments Carbonifères aux points de sédimentation maximum individuels est de 6 km dans la zone extracôtière et de 4 km à terre.

Le sous-bassin est recoupé par plusieurs failles est-ouest, principalement à rejet horizontal dextre, ce dernier allant jusqu’à 5 km; ces failles sont séparées par une distance approximative de 10 km. Les rejets verticaux associés à ces mêmes failles sont minimaux, à l’unique exception d’un rejet de plus de 2 km qui à été identifié sur des failles recoupant le réflecteur du socle. Ces particularités semblent postdater la formation des sédiments du groupe Codroy d’âge Mississipien, et pourraient même dater du Mississipien supérieur ou du Pennsylvanien inférieur.

Traduit par Marc Charest.

This content is PDF only. Please click on the PDF icon to access.

First Page Preview

First page PDF preview
You do not have access to this content, please speak to your institutional administrator if you feel you should have access.