Abstract

Previous seismic studies of crustal structure using short-period P-coda recorded in the vicinity of Leduc in central Alberta have indicated that serious discrepancies exist between the experimental observations and those based on a horizontally layered model of the crust in both the time and frequency domains.Using vertical-radial spectral ratios and synthetic seismograms, a modified crustal model has been derived which gives better agreement between experimental and theoretical results. This model involves the insertion of a layer several kilometers thick having large velocity contrast with respect to the surrounding media at the base of the Precambrian basement (12 km deep). The new crustal model is discussed in the light of evidence for a low velocity zone in the upper crust in certain continental regions.

Les études séismiques antérieures de la structure de la croûte, utilisant les enrégistrements des ondes P de faible longueur d'onde, pris dans le voisinage de Leduc, dans le centre de l'Alberta ont montré l'existence de désaccords très graves entre l'observation expérimentale et celle basée sur un modèle à couches horizontales de la croûte selon les propriétés du temps et de la fréquence.Utilisant le rapport du spectre radial–vertical et des séismogrammes synthétiques, on a modifié le modèle de la croûte et ce dernier montrerait un meilleur accord entre les résultats expérimentaux et ceux théoriques. Ce modèle demande l'introduction d'une bande de quelques kilomètres d'épaisseur possédant une vitesse de propagation très différente de celle de son entourage et située à la base du socle précambrien (12 km de profondeur). Ce nouveau modèle de la croûte est discuté à la lumière des évidences demandant une zone de faible vitesse de propagation dans la croûte supérieure de certaines régions continentales.