Abstract

The Caribou deposit occurs in a mixed volcanic–sedimentary zone which is transitional between graphitic argillite and silicic tuffaceous rocks. The silicic tuffaceous rocks form the core, and the graphitic argillite the outside, of the steeply plunging Caribou synform.The Ore Zone Unit consists of the volcanic–sedimentary transition zone and the sulfides. The Caribou deposit consists of three or more en echelon lenses of pyrite – sphalerite – galena – chalcopyrite and footwall disseminated sulfides. Sulfide zoning in the deposit indicates that the stratigraphic top is towards the silicic volcanic rocks. The deposit has a galena–sphalerite zone on the silicic volcanic side and the hangingwall contact is sharp. There is a chalcopyrite-rich zone on the sedimentary side and the contact is indistinct. Very fine spheres, cubes, and framboids of pyrite in both the deposit and the sedimentary wallrocks, as well as pyrite colloform structures in the deposit, appear to be relict primary or diagenetic structures.All the rocks, including the sulfides, have been regionally metamorphosed to lower greenschist facies and contain a pervasive slaty cleavage or schistosity, which is the earliest imprint of structural deformation. Pyrite, sphalerite, galena, chalcopyrite, arsenopyrite, quartz, stilpnomelane, and sericite are in a granoblastic intergrowth typical of metamorphosed sulfides. This early structural deformation has fractured and granulated pyrite and, to a limited extent, sphalerite; and chalcopyrite, galena, and sphalerite flowed plastically. The early slaty cleavage or schistosity has been deformed by minor structures and folded into the Caribou synform.Many features of the Caribou deposit and similarities to other volcanic-associated stratiform base metal deposits indicate a syngenetic origin involving submarine deposition of sulfides derived from volcanic, exhalative, hydrothermal solutions and possibly as pyroclastic debris.

Le gisement de Caribou se situe dans une zone volcano-sédimentaire qui est une transition entre l'argilite graphitique et les tufs siliciques. La structure est celle d'un synforme dont le coeur est occupé par les tufs et les flancs par l'argilite.La zone minéralisée comprend la transition volcano-sédimentaire et des sulfures. Le gîte de Caribou est constitué de trois (ou plus) lentilles de pyrite-blende-galène-chalcopyrite disposées en échelon et de sulfures dispersés au mur. La zonation dans les sulfures montre que la polarité des couches est orientée vers les roches volcaniques acides. Une zone de galène-blende se situe du côté des roches volcaniques siliciques et le contact au toit est abrupt. Du côté des sédiments on observe une zone riche en chalcopyrite et le contact est flou. De la pyrite, sous forme de très petites sphères, cubes et "framboides" dans le gisement et les épontes constituées de roches sédimentaires, ou sous forme de structures colloformes dans le gisement, semble être un reliquat de structures primaires ou diagénétiques.Toutes les roches présentes, y compris les sulfures, ont subi un métamorphisme régional de stade schistes verts et il en est résulté en outre, une schistosité ardoisière pénétrante. Il s'agit de la première déformation visible. La pyrite, la blende, la galène, la chalcopyrite, l'arséno-pyrite, le quartz, la stilpnomélane et la séricite sont en intercroissances granoblastiques typiques de sulfures métamorphisés. La déformation ci-haut mentionnée a amené une fracturation et une comminution de la pyrite et aussi, quoiqu'à un degré moindre, de la blende. La chalcopyrite, la galène et la blende montrent un écoulement plastique. La schistosité précoce montre l'effet d'une déformation subséquente reliée au développement du synforme.Divers caractères du gisement de Caribou et certains points de ressemblances à d'autres gîtes de métaux usuels stratiformes associés à des séries volcaniques indiquent une origine syngénétique reliée à un volcanisme marin. Les sulfures seraient dérivés d'émissions gazeuses ou solutions hydrothermales et peut être aussi se seraient accummulés comme débris pyroclastiques.