The Bylot Supergroup, northern Baffin Island, contains >1500 m of platform, shelf, and slope carbonates deposited between ~ 1270 and ~ 723 Ma. Limited chronostratigraphic data have led to the broad correlation of the Bylot Supergroup with predominantly Neoproterozoic successions in northern and western Laurentia; yet, detailed correlation has been impossible given biostratigraphic and lithostratigraphic limitations. Carbon-isotope chemostratigraphy represents a potential dataset to constrain such interregional correlations. Carbon isotopic data from the Bylot Supergroup and broadly coeval successions from Somerset Island and northwest Greenland reveal distinct stratigraphic trends in δ13C, with intervals of moderate 13C enrichment (+3.5 ± 1‰) punctuated by excursions to slightly negative values (-1.0 ± 1‰). Although the scale of the observed variation is muted relative to Neoproterozoic standards, the dissimilarity of values to those recorded in northwestern Laurentia suggests that these strata delineate a discrete depositional interval. Comparison of isotopic values with published data indicates that δ13C values between approximately -1.0 and +4.0‰ are characteristic of the interval between ~ 1300 and ~ 800 Ma. This pattern is distinct from that of younger Neoproterozoic successions, which typically record values >+5‰, and older Mesoproterozoic successions, which record values near 0‰, and suggests that these moderately positive values may be useful for broad time correlation. Compilation of new and published data permits the tentative reconstruction of a global Mesoproterozoic carbon isotopic curve.

Le Supergroupe de Bylot, dans le nord de l'île de Baffin, est formé de >1500 m de carbonates qui furent déposés sur une plate-forme continentale et un talus, entre ~ 1270 et ~ 723 Ma. Les données chronostratigraphiques limitées n'autorisent qu'une corrélation d'ordre général entre le Supergroupe de Bylot et les successions principalement néoprotérozoïques des régions septentrionales et occidentales de Laurentia; jusqu'à présent, il a été impossible d'établir une corrélation détaillée en raison du petit nombre de données biostratigraphiques et lithostratigraphiques. La chimiostratigraphie des isotopes du C a fourni un ensemble de données pouvant aider à mieux définir les corrélations inter-régionales. Les résultats des analyses d'isotopes du C pour le Supergroupe de Bylot et les successions grossièrement contemporaines de l'île Somerset et du nord-ouest du Groenland révèlent des tendances stratigraphiques distinctes dans les valeurs de δ13C, avec des intervalles d'enrichissement modéré de 13C (+3,5 ± 1‰), ponctués d'incursions de valeurs légèrement négatives (-1,0 ± 1‰). Même si l'échelle de la variation observée est atténuée par rapport aux standards du Néoprotérozoïque, les valeurs différentes de celles enregistrées dans le nord-ouest de Laurentia suggèrent que ces strates représentent un intervalle de sédimentation discontinue. La comparaison des données isotopiques avec celles déjà publiées indique que les valeurs de δ13C comprises entre environ -1,0 et +4,0‰ caractérisent la période échelonnée entre ~ 1300 et ~ 800 Ma. Cette particularité est absente dans les successions néoprotérozoïques les plus jeunes qui fournissent spécifiquement des valeurs >+5‰, et des successions néoprotérozoïques les plus vieilles dont les valeurs oscillent autour de 0‰, et elle suggère en plus que ces valeurs modérément positives peuvent être utiles pour établir grosso modo une corrélation-temps. La compilation de ces données nouvelles jointe à celles publiées autorise une révision de la courbe globale des isotopes du C au Mésoprotérozoïque.[Traduit par la Rédaction]