Abstract

U-Pb zircon and monazite dates for granulite-facies basement xenoliths from the Popes Harbour dyke on the eastern shore of Nova Scotia provide strong evidence that the Meguma terrane overlies Avalonian basement. Slightly discordant (1.6%), "facetted" zircons from a mafic granulite indicate a minimum crystallization age of ~629 Ma, with near-concordant (0.7%) rounded zircons suggesting a maximum age for the last metamorphic event affecting the zircons at ~575 Ma. Two near-concordant (-0.9 to 0.4%) monazite fractions from a pelitic granulite indicate a major metamorphic disturbance at 378 ± 1 Ma, ~10 Ma prior to dyke entrainment and coincident with Meguma regional metamorphism. Projections from 378 Ma through four highly discordant (15-42%) metapelite zircon fractions give provenance ages between 880 and 1050 Ma and two others project to maximum ages of ~1530 Ma. Unlike Meguma sediments which lack Grenvillian-age (~1 Ga) detrital zircons and are dominated by ~2000 Ma detrital zircons, these dates indicate a dominantly Grenvillian-age provenance for the pelitic xenoliths. The "Avalonian" igneous, metamorphic, and provenance ages from the xenoliths suggest the Meguma rests on Avalonian basement. Because Avalonian sediments need a Grenvillian provenance and Meguma sediments lack such a source but require a graphic2.0 Ga component missing in the xenoliths, it seems unlikely the Meguma was deposited on Avalonian crust. Thus the dating places on firmer footing the suggestion from earlier structural, seismic, and geochemical work that the Meguma structurally overlies Avalonian terrane. Thrusting occurred between the time of earliest Meguma deformation (~400 Ma) and intrusion of the xenolith-bearing dyke (~370 Ma).

Les âges U-Pb sur zircon et monazite obtenus pour les xénolites dans le dyke de Popes Harbour constitués de fragments de socle de sous-faciès des granulites, sur la marge méridionale de la Nouvelle-Écosse, suggèrent fortement que le terrane de Meguma repose sur le socle avalonien. Des cristaux de zircon, légèrement discordants (1,6%), extraits d'une granulite mafique indiquent un âge minimum de cristallisation de ~629 Ma, tandis que les grains arrondis de zircon, quasi-concordants (0,7%), suggèrent un âge maximum de ~575 Ma pour la phase métamorphique finale qui affecta les zircons. Deux fractions de monazite, quasi-concordantes (-0,9 à 0,4%), issues d'une granulite pélitique indiquent une phase d'altération métamorphique majeure apparue il y a 378 ± 1 Ma, précédant de ~10 Ma l'entraînement du dyke et coïncidant avec le métamorphisme régional du Meguma. Les projections, en partant de 378 Ma et passant par quatre fractions de zircons fortement discordants d'une métapélite, confèrent aux matériaux de la source des âges compris entre 880 et 1050 Ma, et deux autres résultats permettent de projeter des âges maximums autour de 1530 Ma. Au contraire des sédiments de Meguma qui sont plus récents que le Grenvillien (~1 Ma) et dans lesquels dominent des zircons détritiques de ~2000 Ma, les dates mesurées ici indiquent que les âges grenvilliens prédominent dans la source des xénolites pélitiques. Les âges ignés «avaloniens», métamorphiques, et de la roche-mère des xénolites suggèrent que les sédiments de Meguma reposent sur un socle avalonien. Vu que les sédiments avaloniens réfèrent à une source grenvillienne, et que les sédiments de Meguma ne possèdent pas un telle source mais qu'ils incorporent une composante de graphic2,0 Ga toutefois absente dans les xénolites, il est donc peu probable que les sédiments de Meguma aient été déposés directement sur une croûte avalonienne. Ainsi les âges présentés ici renfortent la suggestion découlant des études structurale, sismique et géochimique qui proclament que le Meguma chevauche structuralement le terrane d'Avalon. Ce chevauchement a pris place entre le premier stade de déformation du Meguma (~400 Ma) et l'intrusion du dyke incorporant les xénolites (~370 Ma).[Traduit par la Rédaction]