Abstract

The Upper Ordovician Queenston Formation constitutes the westernmost part of the Taconic clastic wedge of eastern North America. In Ontario, the Queenston Formation consists of a mixed terrigenous-carbonate succession composed primarily of red silty shales, which are locally gypsiferous, alternating, in the middle and lower parts of the formation, with thin grey shales, calcareous siltstone and sandstone, and bioclastic limestone. Brachiopods, some ostracodes, and, in the lower beds, bryozoans constitute the body fossil assemblage. Diplocraterion, Skolithos, Chondrites, and occasional large vertical burrows of unknown origin form the ichnofauna. Plane beds, ripple marks, and occasional swaley and hummocky cross-stratifications are present in the calcareous units. Mudcracks, gypsum nodules, occasional halite hopper casts, and gilgai-like structures typically occur in horizons where shales alternate with siltstone and limestone. These features are indicative of prograding muddy and storm- and tide-affected shores. In southernmost Ontario, the upper part of the formation is mostly composed of a red shale, with local recognizable shale-filled channels. This shale is of paralic origin, and it is truncated by the unconformity separating the Ordovician from the Silurian units in this region. This last event may, in part, be related to a eustatic sea-level drop due to the contemporaneous Saharan glaciation, if not exclusively due to tectonic movements.

La Formation de Queenston, de l'Ordovicien supérieur, représente la partie la plus occidentale du coin de sédiments clastiques de l'orogène taconique, dans l'est de l'Amérique du Nord. En Ontario, la Formation de Queenston comprend une succession constituée d'un mélange de roches terrigènes-carbonatées, incluant principalement du shale silteux rouge, avec de minces lits de shale gris, siltite et grès calcareux, et de calcaire bioclastique. Des brachiopodes, quelques ostracodes et, dans les lits inférieurs, des bryozoaires composent le corps de l'assemblage fossile. L'ichnofaune comprend Diplocraterion, Skolithos, Chondrites et de larges terriers d'origine inconnue. Des lits plats, des rides de plage, et occasionnellement on observe dans les unités calcaires des stratifications entre-croisées de chenaux de crue et de litage oblique en mammelons. Des fentes de dessiccation, nodules de gypse, parfois des moules de halite en trémie, et des structures ressemblant aux gilgai apparaissent essentiellement dans les horizons où les shales alternent avec les lits de siltite et de calcaire. Ces particularités sont révélatrices de milieux littoraux boueux, progradants, et affectés par tempêtes et marées. Dans l'extrême ouest de l'Ontario, la portion supérieure de la formation est composée principalement de shale rouge, et localement on peut reconnaître des chenaux comblés de shale. Ce shale fut déposé un milieu paralique, et ses strates sont tronquées par une discordance qui sépare les unités de l'Ordovicien et du Silurien dans cette région. Ce dernier événement pourrait bien, en partie, être apparenté à une baisse eustatique du niveau marin apparu lors de la glaciation saharienne contemporaine, s'il ne résulte pas exclusivement de mouvements tectoniques.[Traduit par la Rédaction]