In eastern Ontario, a Middle Ordovician disconformity that separates predominantly sandstone of the Rockcliffe Formation from underlying dolomite of the Carillon Formation (Beekmantown Group) has, historically, been considered equivalent to the Sauk-Tippecanoe sequence boundary. The character of the formation contact varies considerably, and includes (1) rare, serrated micropinnacles (centimetres in height); (2) smoothed, irregular to undulose erosional bedforms along shallow (<30 cm) incised channels at least ten's of metres in width; (3) a planar boundary with no obvious evidence of erosion; (4) compaction effects across the boundary, as well as within uppermost Carillon and lowermost Rockcliffe strata; and (5) interbedding of Carillon- and Rockcliffe-like lithologies. The latter two observations suggest that, locally, the disconformity represents a relatively minor gap in time. Local, irregular paleotopography is interpreted as some combination of paleokarst, mechanical erosion, and differential sediment loading. The Carillon-to-Rockcliffe transition, from peritidal carbonates to marine or estuarine sandstones, is punctuated by local, anomalous structural and stratigraphic features: ptygmmatically folded fractures, local disconformities, and deposition, then differential erosion of high-energy fluvial-dominated sediments. Differential erosion, fracturing, and paleokarst are local, anomalous attributes of the pre-Carillon paleosurface as well. Combined, these events bracket Carillon deposition, and are interpreted to reflect local platform-interior tectonism coincident with onset of distal Taconic orogenesis. Platform-interior expression of distant, developing changes in plate-boundary dynamics may be linked to incipient basement reactivation along an underlying, shallowly buried Proterozoic fault system, later manifest as the Ottawa-Bonnechere Graben.

Dans la partie orientale de l'Ontario, la disconformité de l'Ordovicien moyen qui sépare les grès prédominants de la Formation de Rockcliffe d'avec la dolomie de la Formation de Carillon (Groupe de Beekmantown) a été considérée, historiquement, comme équivalente à la limite de la séquence Sauk-Tippecanoe. La nature du contact des formations varie considérablement, et inclut (1) des micropinacles déchiquetés (hauteur centimétrique) occasionnels; (2) des formes de litage d'érosion à surface lisse, irrégulière à onduleuse, le long de chenaux incisés peu profonds (<30 cm) et ayant au moins des dizaines de mètres de largeur; (3) une surface limite unie sans marques d'érosion; (4) des effets de compaction au travers la limite, aussi bien dans les strates du Carillon terminal que dans celles du début du Rockcliffe; et (5) une interstratification des lithologies de types de Carillon et Rockcliffe. Les deux dernières observations suggèrent que, localement, la disconformité représente une lacune temporelle relativement peu importante. La paléorelief localement irrégulier est interprété comme une quelconque combinaison de paléokarst, d'érosion mécanique et de figures sédimentaires de charge différentielle. La transition Carillon-à-Rockcliffe, allant des roches carbonatées péritidales aux grès marins ou estuariens, est ponctuée localement de structures anormales et de particularités stratigraphiques : fractures affectées par des plis ptygmatiques; disconformités locales; et sédimentation, suivie de l'érosion différentielle de sédiments principalement d'origine fluviale de haute énergie. L'érosion différentielle, la fracturation et le paléokarst sont également des phénomènes locaux et anormaux apparaissant sur la paléosurface anté-Carillon. La combinaison de ces évènements permet d'encadrer le dépôt de la Formation de Carillon, et de l'interpréter comme la résultante de phénomènes tectoniques locaux à l'intérieur d'une plate-forme, contemporains du début de l'orogenèse du Taconique éloignée. Les changements à l'intérieur de la plate-forme causés par les forces géodynamiques déployées à la frontière de la plaque en conséquence l'orogenèse du Taconique éloignée peuvent être le résultat d'une réactivation apparue dans le socle le long d'un système de vieilles failles du Protérozoïque, sous-jacentes et enfouies peu profondément, et former ultérieurement le graben d'Ottawa-Bonnechere.[Traduit par la Rédaction]