This paper presents a combined study based on seismic interpretation, sequence stratigraphy, and the evaluation of subsidence that aims to characterize the structure and development of the Essaouira Basin in Morocco. Located in the coastal Meseta adjoining the continental margin, this basin records an initial Carnian-Hettangian deformation phase during rifting in the central part of the North Atlantic region. The geometry of the basin as a function of time shows a succession of half-grabens and horsts that developed westwards from reactivated Hercynian structures. The postrift stage is characterized by an aggrading sedimentary sequence, as shown by concordant seismic sequences stacking over the onshore part of the basin. The Upper Cretaceous coincides with a sequence showing a transition towards a prograding regime that leads to the topography of the present-day margin. Using the high-resolution analysis provided by sequence stratigraphy, it is possible to recognize fine-scale stratigraphic variations in the sedimentary succession. The well-to-well correlation of sedimentary cycles forms a dataset for evaluating subsidence. Residual subsidence curves reveal a differential behaviour between the present onshore and offshore areas. Although the computed subsidence rates are low across the onshore zone, curves for the western offshore part of the basin follow theoretical lithospheric cooling curves that are compatible with a stretch factor ( beta ) of nearly 1.4. Steep temporary gradients on the computed curves may be correlated with tectonic phases documented across the North Atlantic region that exerted a tight control on the development of the Essaouira Basin from Triassic rifting until the uplift of the Atlas Mountains during the Cenozoic.

L'organisation et la chronologie de l'évolution du bassin d'Essaouira situé sur la marge atlantique marocaine peuvent être précisées par une approche pluridisciplinaire intégrant simultanément interprétation sismique, stratigraphie haute résolution et calculs de subsidence. Appartenant au domaine mésétien, le bassin d'Essaouira connaît une première structuration polyphasée du Carnien à l'Hettangien lors des premiers stades du rifting de l'Atlantique central. La géométrie consécutive à cet épisode s'organise en une succession d'hémigrabens et horsts se propageant vers l'ouest à partir de structures hercyniennes réactivées. Le stade post-rift, caractérisé sur les profils sismiques par l'empilement de séquences aggradantes a fait l'objet d'une analyse détaillée. Le Crétacé supérieur coïncide avec une séquence transitionnelle vers un régime progradant qui a guidé le développement de la topographie de la marge actuelle. Une étude en terme de stratigraphie haute résolution a donné lieu à la reconnaissance de changements stratigraphiques affinés dans la séquence sédimentaire. Les cycles sédimentaires, individualisés et corrélés de puits en puits, ont permis de quantifier la subsidence résiduelle du bassin. Les courbes de subsidence calculées pour les séries post-rift indiquent des réactions différentes entre les régions actuelles intracôtière et extracôtière. Bien que les taux de subsidence calculés en travers la zone intracôtière soient faibles, les courbes pour la partie extracôtière occidentale du bassin tendent à suivre les courbes théoriques de refroidissement, et elles sont compatibles avec un facteur d'étirement ( beta ) autour de 1,4. Les gradients temporaires abrupts sur les courbes calculées peuvent être corrélés avec les phases tectoniques connues au travers la région de l'Atlantique Nord, celles-ci contrôlaient étroitement le développement du bassin d'Essaouira par rifting au Trias et jusqu'au soulèvement des chaînes de l'Atlas durant le Cénozoïque.