Prídolí graptolites are relatively rare in Iberia and, in fact, in much of southwestern Europe, because Prídolí to Early Devonian rocks are largely represented by shallow-water sandstones or siltstone-sandstone alternations. The first unambiguous find of Prídolí graptolites was the 1979 recovery of Colonograptus? transgrediens from limestone nodules occurring within the lower part of the "Upper Graptolite Shales'' in the Ossa Morena Zone of the Hesperian Massif, Spain. Recent detailed studies of the immediately underlying "Scyphocrinites Limestone'' unit reveal two levels of graptolites: a lower marly shale band with poorly preserved but large numbers of Pristiograptus dubius (s.l.), Colonograptus? cf. parultimus, and Linograptus sp., and a limestone band near the top of the unit yielding specimens of C.? transgrediens preserved in relief. In the Barrancos area of the Ossa Morena Zone of Portugal, a recently sampled 8 m thick section of shales and shales and sandstones has yielded six bands of graptolites, the lowest containing lower or middle Ludlow graptolites, and the three stratigraphically higher collections yielding the lower to middle Prídolí species Linograptus posthumus, Colonograptus? parultimus, C.? parultimus?, Monograptus formosus, and Monograptus bouceki, the last-named species occurring only in the highest collection and suggesting a mid-Prídolí age. The occurrence of Prídolí graptolites (Colonograptus? ultimus) is confirmed in the Sil syncline of the northernmost part of the Central Iberian Zone (northwestern Spain). Outside Iberia, but still within the southwestern European part of the North Gondwanan realm, Prídolí graptolites are known in the Armorican Massif of western France (Normandy and probably central Brittany), in Montagne Noire (southern France), and in southwestern Sardinia (Italy).

Les graptolites du Prídolí sont relativement rares en Péninsule Ibérique et, d'une manière plus générale, dans le sud-ouest de l'Europe où le Prídolí et le Dévonien basal sont largement représentés par des dépôts argilo-arénacés ou arénacés peu profonds. Les premiers graptolites de la Péninsule Ibérique appartenant sans ambiguïté au Prídolí furent découverts, en 1979, dans des nodules calcaires de la partie inférieure des « Schistes à Graptolites Supérieurs » de la Zone d'Ossa Morena, en Espagne, qui livrèrent Colonograptus? transgrediens. L'étude détaillée du « Calcaire à Scyphocrinites », unité lithologique immédiatement sous-jacente, a permis d'y découvrir deux niveaux à graptolites : le niveau inférieur, constitué d'argilites marneuses noires, a livré des exemplaires très nombreux mais assez mal conservés de Pristiograptus dubius (s.l.), Colonograptus? cf. parultimus et Linograptus sp.; le deuxième niveau, très proche du sommet de l'unité lithologique, a livré des exemplaires de C.? transgrediens conservés en volume dans le calcaire. Dans la région de Barrancos, dans la partie portugaise de la Zone d'Ossa Morena, une séquence d'argilites et d'alternances argilo-gréseuses d'une épaisseur de 8 m a récemment livré des graptolites à six niveaux. Le niveau le plus bas contient des graptolites du Ludlow inférieur ou moyen; les trois niveaux les plus élevés ont livré des espèces du Prídolí inférieur à moyen, avec Linograptus posthumus, Colonograptus? parultimus, C.? parultimus?, Monograptus formosus et Monograptus bouceki, cette dernière espèce, uniquement présente dans le niveau le plus élevé, suggérant un âge Prídolí moyen. D'autre part, la présence de graptolites du Prídolí (Colonograptus? ultimus) est confirmée dans le synclinal du Sil de la partie la plus septentrionale de la Zone Centre Ibérique (nord-ouest de l'Espagne). Hors de la Péninsule Ibérique, dans les autres régions nord-gondwaniennes du sud-ouest de l'Europe, des graptolites du Prídolí sont également connus dans le Massif Armoricain de l'Ouest de la France (en Normandie et, probablement en Bretagne centrale), dans la Montagne Noire (sud de la France) et dans le sud-ouest de la Sardaigne (Italie).[Traduit par la rédaction]