This study resolves fundamental questions concerning the age, provenance, and depositional history of Laberge Group strata in the Whitehorse Trough. The Jurassic Inklin Formation straddles the Stikine and Cache Creek terranes along much of the length of the Whitehorse Trough. Ammonite biochronology indicates an age range of early Sinemurian to late Pliensbachian and provides the temporal framework for interpreting basin history. Strong temporal trends in both paleocurrent patterns and sandstone–conglomerate petrofacies allow definition of three discrete phases in basin-fill history. Stable tectonics characterized by relative volcanic quiescence and low sedimentation rates prevailed during the Sinemurian. Sinemurian sandstone–conglomerate petrofacies record a transitional-arc provenance derived from erosion of the Upper Triassic volcanic pile, flanking coastal sediments, and arc roots of Stikinia to the southwest. During the early Pliensbachian, arc dissection was interrupted by a major magmatic episode with widespread rejuvenated volcanism that caused a strong provenance shift to volcanigenic sources, indicating derivation from a largely undissected Stikinian arc. Southwest-derived, northerly longitudinal paleoflow during the Sinemurian changed to opposed bidirectional radial or transverse paleoflow systems in the early Pliensbachian. Cannibalism of broadly coeval basinal strata and (or) reflected sediment gravity flows were the result of episodic growth of a mobile outer forearc rise, initiating southwest-directed paleoflow systems during the early Pliensbachian and the possible development of a ridged forearc phase. U–Pb dates of graphic and 186 ± 1 Ma from a granite clast and tuff unit, respectively, of the Kunae Zone (early late Pliensbachian) and sandstone–conglomerate petrofacies indicate a late Pliensbachian depositional regime dominated by tectonic controls. The influx of granitic detritus indicates a rapid transition to a fully dissected arc provenance, where accelerated uplift of segments of the arc massif, accompanied by intra-arc strike-slip faulting, resulted in rapid arc dissection and unroofing of comagmatic Pliensbachian plutons.

Cette étude répond aux questions fondamentales concernant l'âge, l'aire nourricière, et l'histoire de la sédimentation des strates du Groupe de Laberge dans la cuvette de Whitehorse. La Formation d'Inklin jurassique chevauche les terranes de Stikine et de Cache Creek, le long de la majeure partie de la cuvette de Whitehorse. La biochronologie fondée sur les ammonites indique un âge qui s'échelonne entre le Sinémurien précoce et le Pliensbachien tardif, et elle définit un cadre temporel pour la reconstitution de l'histoire du bassin. Les motifs des paléocourants et les pétrofaciès de grès–conglomérat expriment de fortes tendances temporelles, elles permettent de distinguer trois phases déterminantes dans l'histoire du remplissage du bassin. La stabilité tectonique qui régnait durant le Sinémurien est caractérisée par une activité volcanique relativement calme et par de faibles taux de sédimentation. Les pétrofaciès de grès–conglomérat, d'âge sinémurien, enregistrent comme source un arche transitionnel dérivé de l'érosion d'une pile volcanique triasique supérieure, de la marge des sédiments côtiers et des racines d'un arche de la Stikinie au sud-ouest. Durant le Pliensbachien précoce, la désagrégation de l'arche fut interrompue par un épisode magmatique majeur, créant un rajeunissement volcanique étendu, ce qui a provoqué un changement majeur de provenance des sédiments à la faveur de sources volcanogéniques, indiquant un transport de matériaux dérivés d'un gros arche stikinien peu effrité. Durant le Sinémurien, le paléo-écoulement longitudinal vers le nord, dérivé du sud-ouest, a été modifié durant le Pliensbachien précoce en systèmes de paléo-écoulements opposés bidirectionnels radiaux ou transversaux. Le cannibalisme de strates de bassin largement contemporaines et (ou) les flots gravitaires réfléchis de matériaux sédimentaires furent le résultat d'une ascension épisodique d'un seuil mobile d'avant-arc externe, créant durant le Pliensbachien précoce les systèmes de paléo-écoulements dirigés vers le sud-ouest, et peut-être une phase avec une crête d'avant-arc. Les dates U–Pb de graphic et 186 ± 1 Ma fournies par un fragment de granite et une unité de tuf de la Zone de Kunae (début du Pliensbachien tardif) et des pétrofaciès de grès–conglomérat, respectivement, indiquent que le régime de sédimentation au Pliensbachien était contrôlé par la tectonique. L'afflux de débris granitiques marque la transition rapide vers une aire d'alimentation qui correspondait à un arche complètement désagrégé, et où le soulèvement accéléré de portions du massif d'arche fut accompagné de mouvements de failles de décrochement intra-arc, encourageant l'effritement rapide de l'arche et le décapage des plutons comagmatiques pliensbachiens. [Traduit par la rédaction]