Abstract

Detrital muscovite from lowermost Cambrian sequences exposed in the Avalon Composite Terrane in Nova Scotia and New Brunswick record 40Ar/39Ar plateau ages of ca. 625–600 Ma. These are interpreted to date times of cooling in source areas. The regional distribution of coarse-grained detrital muscovite in Lower Cambrian rocks of Avalonian overstep sequences suggests a source region of dimensions considerably larger than any presently exposed in Appalachian segments of the Avalon Composite Terrane. Late Proterozoic tectonic reconstructions locate the Avalon Composite Terrane adjacent to northwestern South America, thereby suggesting a possible source within Late Proterozoic PanAfrican – Brasiliano orogens. Detrital muscovite from clastic sequences of the proximally derived, Lower Carboniferous (Tournaisian) Horton Group and the more distal Upper Carboniferous (Westphalian D – Stephanian) Pictou Group in Nova Scotia records 40Ar/39Ar spectra that define plateau ages of ca. 390–380 Ma (Horton Group) and and ca. 370 Ma (Pictou Group). Finer grained fractions from samples of the Horton Group display more internally discordant age spectra defining total-gas ages of ca. 397–395 Ma. A provenance for the finer muscovite may be found in southern Nova Scotia where Cambrian–Ordovician turbidites of the Meguma Group display a regionally developed micaceous cleavage of this age. The ca. 390–380 Ma detrital muscovites probably were derived from granite stocks presently exposed in proximal areas of northernmost Cape Breton Island. A more distal source for the ca. 370 Ma detrital muscovites in the Pictou Group is suggested by its original extensive distribution, although a local, possibly recycled, source may also have been present. The presence of only 400–370 Ma detrital muscovite suggests a rapidly exhumed orogenic source with characteristics similar to those of crystalline rocks presently exposed in the Cape Breton Highlands and (or) the Meguma Terrane.

La muscovite détritique des séquences de l'infra-Cambrien exposées dans le terrane composite d'Avalon, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, fournit des âges plateaux 40Ar/39Ar autour de 625–600 Ma. Ils sont interprétés comme datant la période du refroidissement dans les régions sources. La distribution régionale de la muscovite détritique à grain grossier, dans les roches des séquences avaloniennes du Cambrien inférieur largement répandues, suggère une région source ayant des dimensions considérablement plus grandes que n'importe laquelle présentement exposée dans les segments appalachiens du terrane composite d'Avalon. Les reconstructions tectoniques pour le Protérozoïque tardif placent le terrane composite d'Avalon accolé à la partie nord-ouest de l'Amérique du Sud, suggérant par ce fait une source possible de la muscovite localisée à l'intérieur des orogènes Panafricain –Brasiliano du Protérozoïque tardif. Les grains détritiques de muscovite des séquences clastiques du Groupe de Horton du Carbonifère inférieur (Tournaisien) de dérivation proximale, et du Groupe de Pictou du Carbonifère supérieur (Westphalien D – Stéphanien) d'origine plus distale, en Nouvelle-Écosse, procurent des spectres 40Ar/39Ar qui définissent des âges plateaux aux environs de 390–380 Ma (Groupe de Horton) et de 370 Ma (Groupe de Pictou). Les fractions à grain plus fin des échantillons du Groupe de Horton montrent un spectre géochronologique nettement plus discordant qui procure des âges sur gaz totaux autour de 397 – 395 Ma. Une région source pour la muscovite pourrait être située dans le sud de la Nouvelle-Écosse, où les turbidites cambro-ordoviciennes du Groupe de Meguma exhibent à l'échelle régionale le développement d'un clivage micacé de cet âge. Les muscovites détritiques d'âges approximatifs de 390 – 380 Ma furent dérivés probablement des petits massifs de granite exposés actuellement dans les régions proximales de l'extrémité nord de l'île du Cap-Breton. Une source plus distale pour les muscovites détritique du Groupe de Pictou, vieilles approximativement de 370 Ma, est suggérée par l'étendue de leur distribution initiale, quoique une source locale, peut-être recyclée, a pu aussi exister. La présence exclusive de muscovite détritique âgée de 400 – 370 Ma suggère une source orogénique rapidement exhumée et qui possédait des particularités similaires à celles des roches cristallines qui sont actuellement exposées dans les hautes-terres du Cap-Breton et (ou) dans le terrane de Meguma. [Traduit par la rédaction]