The Gays River Formation of the Lower Windsor Group in the vicinity of the Gays River Zn–Pb deposit was completely dolomitized via a volume for volume transformation prior to mineralization. Premineralization porosity was the precursor limestone porosity, comprising fenestrae, dissolution molds, and intercrystalline, intraskeletal, and growth pores, which remained essentially unchanged through dolomitization. Regionally, the dolomites (one replacement and one cement) overlapped with sediment compaction and dissolution of aragonite. The dolomites are characterized by low δ18OPDB values (−14 to −4graphic; average −8graphic), slightly radiogenic 87Sr/86Sr ratios (0.70778–0.70900), and locally high percentages of FeCO3 and MnCO3 (up to 13.5 and 9.5 mol%, respectively). The presented petrographic and geochemical data compiled with existing fluid-inclusion microthermometry data suggest dolomitization by hot brines, in a burial setting. High Fe and Mn concentrations south of the studied area, with progressive depletion towards the northeast and northwest, suggest either a northward flow of an Fe- and Mn-rich fluid or interaction with local sources of Fe and Mn, during single or multiple flows. By preserving the host-rock permeability, dolomitization played a role in ground preparation but was not genetically associated with the Zn– and Pb–rich fluid that mineralized the Gays River deposit.

Au voisinage du dépôt plombo-zincifère de Gays River, la Formation de Gays River du Groupe de Windsor inférieur a été complètement dolomitisée via une transformation volume par volume, avant la minéralisation. La porosité pré-minéralisation était celle des calcaires précurseurs, comprenant des fenestrae, des moules de dissolution et des pores intercristallins, intra-squelettiques et de croissance, essentiellement inchangés lors de la dolomitisation. Régionalement, les dolomites (un remplacement et un ciment) postdatent la compaction des oosparites et la dissolution de l'aragonite. Elles sont caractérisées par des valeurs de δ18OPDB très basses (−14 à −4graphic; moyen−8graphic), des rapports de 87Sr/86Sr légèrement radiogéniques (0,70778–0,70900), et localement, par des pourcentages élevés en FeCO3 et MnCO3 (jusqu'à 13,5 et 9,5 mol%, respectivement). Les données présentées de pétrographie et géochimie compilées aux valeurs existantes de microthermométrie des inclusions fluides suggèrent un modèle de dolomitisation en enfouissement, par des saumures chaudes. De hautes concentrations en Fe et Mn dans le sud de la région d'étude, avec une diminution progressive vers le nord-est et le nord-ouest suggèrent, soit une migration vers le nord d'un fluide riche en Fe et Mn, soit une interaction avec des sources locales de ces éléments, lors d'un écoulement simple ou multiple. En préservant la perméabilité de la roche-hôte, la dolomitisation a joué un rôle préparatoire sans avoir été génétiquement liée au fluide plombo-zincifère qui a minéralisé le gîte de Gays River.