Tooth-marked bones are more common in the fossil record than published accounts would lead us to believe, but with rare exceptions, the animals that made the marks cannot be identified. A partial skeleton of an azhdarchid pterosaur found in Upper Cretaceous strata of Dinosaur Provincial Park was eaten by the theropod Saurornitholestes langstoni, which left tooth marks and the broken tip of one tooth imbedded in one of the bones. The presence of the broken dinosaur tooth is the first reported in association with tooth-marked bone, and probably indicates that the dromaeosaur was a scavenger in this case. Because the bitten pterosaur bone was thin walled, the bone must have been very tough to have broken the theropod tooth.

Les marques de dents laissées par des morsures sont plus fréquentes dans le registre fossile que le laissent croire les articles publiés, néanmoins il est très rare que les animaux qui ont laissé de telles empreintes puissent être identifiés. Un squelette partiel d'un ptérosaure azhdarchide, trouvé dans les strates du Crétacé supérieur dans le Parc provincial des Dinosaures, avait été mordu par le théropode Saurornitholestes langstoni, lequel a laissé les marques de ses dents, et en plus l'extrémité brisée d'une dent est demeurée encastrée dans un des os. C'est la première fois qu'on rapporte une dent brisée d'un dinosaure en association avec l'os qui exhibe l'empreinte de la dent, ce qui suggère dans ce cas que le dromaeosaure était nécrophage. L'os mordu du ptérosaure avait une paroi mince, par conséquent il devait être très dur pour avoir brisé la dent du théropode. [Traduit par la rédaction]