Regional metamorphism, ranging in grade from the subgreenschist-facies to the greenschist–amphibolite-facies transition, affects all Archean supracrustal rocks (>2677 Ma) in the Rouyn–Noranda area. Contact metamorphic minerals associated with the posttectonic Preissac–Lacorne batholith (2643 Ma) show no evidence of a regional retrograde event. Accordingly, the age of regional metamorphism can be bracketed between 2677 and 2643 Ma. Three reaction isograds were mapped in subgreenschist-facies metabasites, dividing the low-grade rocks into three metamorphic zones: the pumpellyite–actinolite zone, the prehnite–pumpellyite zone, and the prehnite–epidote zone. In addition, the pumpellyite–actinolite–epidote–quartz bathograd, corresponding to a pressure of approximately 200 MPa, occurs on both sides of the Porcupine–Destor fault. Low-pressure regional metamorphism is also indicated both by the occurrence of an actinolite–oligoclase zone, and the persistence of pre-regional-metamorphic andalusite. The coincidence of andalusite and the actinolite-oligoclase zone indicates that pressure was <330 MPa at the greenschist-amphibolite transition. The geothermal gradient during metamorphism was approximately 30 °C/km. Regionally, isograds dip shallowly to the north and trend subparallel to lithological and structural trends. Metamorphic minerals in metabasites define tectonic fabrics only near major fault zones and in zones of CO2 metasomatism. In biotite zone metasedimentary rocks the schistosity is defined by mica and amphibole. These textures indicate that metamorphism and fabric development were coeval. However, the actinolite–epidote isograd cuts the Porcupine–Destor fault, indicating that regional metamorphism postdates movement along this fault. The strong fabrics associated with the Porcupine–Destor and Larder Lake–Cadillac faults must have developed through a process dominated by flattening strain.

Le métamorphisme régional qui a affecté toutes les roches supracrustales archéenes (>2677 Ma) dans la région de Rouyn–Noranda varie de sous-faciès des schistes verts à la transition de faciès des schistes verts–amphibolites. L'étude des minéraux rencontrés au contact métamorphique du batholite de Preissac–Lacorne post-tectonique (2643 Ma) révèle une rétromorphose régionale. En conséquence, l'âge du métamorphisme régional s'inscrit entre 2677 et 2643 Ma. Trois réactions minéralogiques d'isogrades ont été cartographiées dans les métabasites du sous-faciès des schistes verts, elles permettent de subdiviser les roches de faible degré en trois zones métamorphiques : la zone à pumpellyite–actinote, la zone à préhnite–pumpellyite et la zone à préhnite–épidote. En outre, l'isograde pumpellyite–actinote–épidote–quartz du batholite, correspondant à la pression d'environ 200 MPa, apparaît des deux côtés de la faille de Destor–Porcupine. D'autre part, le métamorphisme régional de faible pression est révélé par la présence d'une zone à actinote–oligoclase, et par la persistance de l'andalousite anté-métamorphique dans toute la région. La coïncidence de l'andalousite avec la zone à actinote–oligoclase indique que les conditions de pression de transition faciès schistes verts–amphibolites étaient <330 MPa. Le gradient géothermique durant l'épisode de métamorphisme était approximativement de 30 °C/km. À l'échelle régionale, les isogrades plongent à faible profondeur vers le nord, et sont orientées subparallèlement aux directions lithologiques et structurales. C'est uniquement près des zones de failles majeures et dans les zones de métasomatisme par CO2 que les minéraux métamorphiques des metabasites définissent une fabrique tectonique. Dans la zone à biotite des roches métasédimentaires, la schistosité est marquée par la présence du mica et de l'amphibole. Ces textures indiquent la contemporanéité du métamorphisme et du développement de la fabrique. Cependant, l'isograde actinote–épidote transecte la faille de Destor–Porcupine, ce qui révèle que le métamorphisme régional postdate le mouvement le long de cette faille. La forte fabrique associée aux failles de Destor–Porcupine et de Cadillac–Larder Lake a dû se développer sous un régime dominé par une contrainte d'aplatissement. [Traduit par la rédaction]