Abstract

Cape Breton Island has been interpreted as consisting of four zones of pre-Carboniferous rocks, but the relationships among them are controversial. To help resolve the controversy, we have dated detrital zircons from a conglomerate (part of the Cheticamp Lake Gneiss) in the Aspy terrane in the northeastern Cape Breton Highlands using the U–Pb method. The following ages were obtained: 462 ± 2 Ma (Middle Ordovician); ~492–488 Ma (6 ages; Early Ordovician); 552 ± 3 Ma (latest Precambrian–Early Cambrian); 620 ± 13 and 687 ± 4 Ma (Cadomian); and 809 ± 17, 1423 ± 10, 1462 ± 12, 1605 ± 14, 1644 ± 4, and 1911 ± 5 Ma (Proterozoic). The Middle Ordovician age sets a maximum age limit for deposition of the conglomerate, and supports an Ordovician–Silurian age for the Cheticamp Lake Gneiss. The Early Ordovician, latest Precambrian–Early Cambrian, and Cadomian ages match published ages from the Bras d'Or terrane (and its correlatives) and the Mira terrane (and its correlatives), and indicate provenance of the conglomerate from both terranes. They also indicate that the Bras d'Or and Mira terranes had been connected by the time of deposition of the conglomerate. The combination of the Cadomian and the Proterozoic ages is typical of parts of South America, supporting a suggestion that the Avalon Composite Terrane was derived from South America.

L'île du Cap-Breton a été interprétée comme étant formée de quatre zones de roches antécarbonifères, cependant les relations entre elles sont controversées. Pour aider à résoudre la controverse, nous avons daté par U–Pb des zircons détritiques extraits d'un conglomérat (portion des Gneiss de Chetican Lake) du terrane d'Aspy, dans le nord-est des hautes-terres du Cap-Breton. Les âges suivants ont été obtenus : 462 ± 2 Ma (Ordovicien moyen); ~492–488 Ma (6 âges; Ordovicien précoce); 552 ± 3 Ma (fin du Précambrien–Cambrien précoce); 620 ± 13 et 687 ± 4 Ma (Cadomien); et 809 ± 17, 1423 ± 10, 1462 ± 12, 1605 ± 14, 1644 ± 4 et 1911 ± 5 Ma (Protérozoïque). L'âge ordovicien moyen fixe un âge limite maximum pour le dépôt du conglomérat, et il appuie l'attribution d'un âge ordovicien–silurien aux Gneiss de Cheticamp Lake. Les âges obtenus d'Ordovicien précoce, fin du Précambrien–Cambrien précoce et Cadomien sont en accord avec les âges publiés pour les terranes de Bras d'Or (et ses lithologies corrélatives) et de Mira (et ses lithologies corrélatives), et ils révèlent que les constituants du conglomérat ont été livrés par ces deux terranes. Ils indiquent en outre que les deux terranes de Bras d'Or et de Mira étaient annexés au moment du dépôt du conglomérat. Le fait que l'association d'âges cadomien et protérozoïque est typique de régions de l'Amérique du Sud, est un argument plaidant en faveur de la suggestion que le Terrane d'Avalon composite a dérivé de l'Amérique du Sud. [Traduit par la rédaction]