Magmatic activity of Silurian–Devonian age is widespread in the Appalachian–Caledonian Orogen. A marked characteristic of this magmatism is the composite nature of the igneous suites, which range from peridotite to granodiorite in single plutonic bodies. The origin of these suites is still enigmatic, and the assumption that all are the same not proven. Such a suite of intrusive rocks, ranging in composition from minor peridotite to granodiorite, intrudes an openly folded sequence of Silurian volcanogenic sandstones and ash-flow tuffs on Fogo Island, northeast Newfoundland. Two units, the Rogers Cove and Hare Bay microgranites, consist of fine-grained hastingsite granites with spherulitic and flow-banded textures, and exhibit drusy cavities and microfractures that contain the mineral assemblage hastingsitic hornblende + plagioclase + magnetite + zircon. These rocks are characterized by elevated high field strength element contents (e.g., Zr = 74–672 and Y = 21–103 ppm), very high FeO*/MgO ratios (FeO*/MgO = 2.4–93.5), and 10 000 Ga/Al ratios of 1.67–10.52, indicating an A-type granitoid affinity. A third and the most voluminous granitic unit, the Shoal Bay granite, is an alkali-feldspar-phyric, medium-grained, equigranular biotite–hastingsite granite with hastingsite and annitic biotite interstitial to euhedral plagioclase, anhedral quartz, and perthite crystals. The Shoal Bay granite exhibits mineral parageneses similar to the microgranites, but chemical characteristics more typical of calc-alkaline, I-type granitoids. Volcanic–sedimentary sequences spatially associated with the granitic rocks include dense, welded, high-silica, hastingsite-bearing ash-flow tuffs with compositions that suggest they represent erupted equivalents of fractionated end members of the Shoal Bay granite. The rocks making up the Fogo Island batholith have been directly equated with the bimodal, calc-alkaline Mount Peyton batholith of northeast Newfoundland, but the specialized A-type nature of the Fogo granites suggests differing source conditions for the two suites.

L'activité magmatique d'âge Siluro-Dévonien est amplement répandue dans l'orogène appalachien–calédonien. Une caractéristique de ce magmatisme est la nature composite des suites ignées, variant de peridotite à granodiorite dans les corps plutoniques individuels. La source de ces suites demeure énigmatique, et la thèse qu'elle serait la même partout n'est pas démontrée. Une de ces suites de roches intrusives, dont la composition varie d'une petite masse péridotitique à une granodiorite, pénètre dans une séquence de plis ouverts formée de grès volcanogéniques et de coulées pyroclastiques de cendres, d'âge Silurien, sur l'île Fogo, dans le nord-est de Terre-Neuve. Deux unités, les microgranites de Rogers Cove et de Hare Bay, constituées de granites à hastingsite, à grain fin, avec des textures d'écoulement rubanée et sphérulitique, et exhibant des cavités drusiques et microfractures recouvertes par l'assemblage minéralogique de hornblende hastingsitique + plagioclase + magnetite + zircon. Ces roches sont caractérisées par des teneurs élevées en éléments à forte intensité de champ (ex., Zr = 74–672 et Y = 21–103 ppm), des rapports très élevés de FeO*/MgO (FeO*/MgO = 2,4–93,5), et des rapports 10 000 Ga/Al de 1,67–10,52, indiquant une affinité granitoïde de type-A. Une troisième et la plus volumineuse unité granitique, le granite de Shoal Bay à hastingsite et biotite équigranulaire, à grain moyen, et à feldspath porphyrique alcalin, incluant de l'hastingsite et de la biotite annitique en position interstitielle dans le plagioclase automorphe, et des cristaux xénomorphes de quartz et de perthite. Le granite de Shoal présente une paragenèse similaire à celle des microgranites, mais les caractéristiques chimiques se rapprochent plus des granitoïdes calco-alcalins de type-I. Les séquences volcano-sédimentaires associées spatialement aux roches granitiques incluent des coulées pyroclastiques de cendres avec de l'hastingsite, elles sont denses, soudées et très siliceuses, leurs compositions suggèrent qu'elles représentent les équivalents éruptifs des pôles de fractionnement du granite de Shoal Bay. Les roches appartenant au batholite de l'île Fogo sont interprétées comme étant directement équivalentes aux roches calco-alcalines bimodales du batholite de Mount Peyton, dans le nord-est de Terre-Neuve, mais la nature spécialisée de ce type-A des granites de Fogo suggère des conditions magmatiques différentes pour les deux suites. [Traduit par la rédaction]