Integrated paleomagnetic and U–Pb geochronologic studies have been conducted to establish the paleomagnetic directions and ages of Early Proterozoic tholeiitic dykes of northeast trend in the southern Superior Province, previously referred to collectively as Preissac dykes. It is demonstrated that they are readily separated on the basis of paleomagnetism into subsets, referred to as the Biscotasing and Senneterre swarms. In addition a pair of unnamed dykes may be associated with the north-and northwest-trending Matachewan swarm farther west.Biscotasing dykes have a down-west magnetization of single polarity with a corresponding paleopole at 27.8°N, 136.7°W (dm = 12.3° and dp = 9.4°). Senneterre dykes carry an up-north (or occasionally down-south) direction with corresponding paleopole at 15.3°S, 75.7°W (dm = 7.0°, dp = 4.4°). The Senneterre direction is indistinguishable from the primary N1 remanence direction that dominates the magnetization of Nipissing sills of the Southern Province. Paleomagnetic field tests described herein or in earlier studies indicate that Biscotasing and Senneterre directions are primary and, hence, that two ages of intrusion are involved, with the age of Senneterre dykes coinciding with the intrusion of most Nipissing sills. U–Pb dating of baddeleyite conducted at a paleomagnetic sampling site yields an age of 2214.3 ± 12.4 Ma for the Senneterre swarm, indistinguishable from the age of 2217.2 ± 4 Ma reported from an N1 Nipissing sill site in another study. A U–Pb age on baddeleyite and zircon of 2166.7 ± 1.4 Ma was obtained from a paleomagnetic site in the Biscotasing swarm. The primary paleopoles for the Senneterre, Nipissing, and Biscotasing rocks define a direction of polar wander opposite to that of the most widely used polar wander paths for North America for this period, suggesting that these paths should no longer be used.

Des études de paléomagnétisme et de géochronologie avec la méthode U–Pb ont été réalisées conjointement pour déterminer les directions paléomagnétiques et les âges des dykes tholéiitiques orientés vers le nord-est, du Protérozoïque précoce, dans la province du Supérieur méridionale, lesquels étaient autrefois désignés collectivement comme les dykes de Preissac. L'étude paléomagnétique démontre qu'ils sont aisément séparables en deux sous-groupes, appelés ici les essaims de Biscotasing et de Senneterre. En outre une paire de dykes non nommée est possiblement associée à l'essaim de Matachewan de direction nord et nord-ouest apparaissant plus à l'ouest.Les dykes de Biscotasing fournissent une aimantation de polarité simple de direction ouest vers le bas, avec un paléopôle correspondant à 27,8°N, 136,7°W (dm = 12,3°, dp = 9,4°). Les dykes de Senneterre portent une direction de direction nord vers le haut (ou occasionellement de direction sud vers le bas) avec un paléopôle correspondant à 15,3°S, 75,7°W (dm = 7,0°, dp = 4,4°). Il est impossible de distinguer la direction des dykes de Senneterre de celle de la rémanence primaire N1 qui prédomine dans l'aimantation des filons-couches de Nipissing de la province du Sud. Les tests de champ paléomagnétique décrits ici, ou dans les études antérieures, indiquent que les directions pour les sous-groupes de Biscotasing et de Senneterre sont primaires et, que par conséquent, il y a deux âges d'intrusion, avec un âge pour les dykes de Senneterre qui coïncide avec l'intrusion de la plupart des filons-couches de Nipissing. La datation U–Pb sur baddeleyite prélevée à un site d'échantillonnage paléomagnétique a fourni pour l'essaim de Senneterre un âge de 2214,3 ± 12,4 Ma, indiscernable de l'âge de 2217,2 ± 4 Ma rapporté dans une autre étude pour un site de filon-couche de Nipissing de rémanence N1. Un âge U–Pb sur baddeleyite et zircon de 2166,7 ± 1,4 Ma a été obtenu pour un site paléomagnétique de l'essaim de Biscotasing. Les paléopôles primaires pour les roches de Senneterre, Nipissing et Biscotasing définissent une direction de dérive polaire opposée à celle qui est généralement utilisée dans les trajets de la dérive des pôles de l'Amérique du Nord pour cette période, ce qui suggère que dorénavant ces trajets ne devraient pas être utilisés. [Traduit par la rédaction]