A heat pulse generated inside a needle probe can be used to measure the thermal conductivity of surrounding rock fragments or drill cuttings. As the pulse of heat is conducted outwards into the surrounding aggregate of rock fragments and water, the decrease in temperature inside the probe is recorded as a function of time. An asymptotic relation between probe temperature, conductivity, and inverse time since the heat pulse is shown to be accurate for the range of times used. The relatively slow thermal response of the probe in samples with higher conductivities is accommodated by a delay in the origin time of the pulse. The combined correction for finite pulse length and slow probe response is shown to be small and predictable. The thermal conductivity of rock fragments is calculated from a model that is dependent on the water content of the sample, as in other methods. Results using this method and a divided bar apparatus are equivalent, given the expected accuracy of a divided bar. The measured thermal conductivities of water, fused quartz, and crystalline quartz compare closely with their accepted values.

Une impulsion thermique produite à l'intérieur d'une sonde à aiguille peut être utilisée pour mesurer la conductivité thermique des fragments des roches environnantes et des déblais de forage. Vu qu'il y a diffusion externe de la chaleur créée par l'impulsion vers les agrégats des fragments des roches et l'eau environnante, la baisse de température à l'intérieur de la sonde est enregistrée en fonction du temps. Il est démontré, pour les fourchettes de temps utilisées, qu'il existe une relation asymptotique précise entre la température de la sonde, la conductivité et le temps réciproque depuis l'impulsion thermique. La réponse thermique relativement lente de la sonde pour les échantillons de conductivité élevée est compensée par un délai du remps initial de l'impulsion. Les corrections combinées pour la longueur d'impulsion finie et la réponse lente de la sonde sont faibles et prévisibles. La conductivité thermique des fragments des roches est calculée à partir d'un modèle qui tient compte de la teneur en eau dans l'échantillon, à l'instar des autres méthodes. Les résultats obtenus par cette méthode et par un appareil à barre divisée sont équivalents, en tenant compte de la précision attendue pour une barre divisée. Les conductivités thermiques mesurées de l'eau, du quartz fondu et du quartz cristallin se comparent très bien avec leurs valeurs acceptées. [Traduit par la rédaction]