By virtue of its proximity to the coastline of North America and to numerous oceanographic institutions, the Juan de Fuca Ridge has been the focus of a large number of marine geological, geochemical, and geophysical investigations. Systematic studies began in the early 1960's with the geophysical survey of A. D. Raff and R. G. Mason, which provided much of the foundation for the development of the extraordinarily successful paradigms of sea-floor spreading and plate tectonics. Subsequent systematic and detailed studies of the plates and plate boundaries of the area by investigators from many academic, industrial, and government agencies, including the Geological Survey of Canada, have provided the basis for much of the fundamental understanding we now have of global plate motions and the processes that are involved in the creation of new oceanic crust at sea-floor spreading centres. Much of the success of these studies can be attributed to the geological diversity found along the Juan de Fuca Ridge. Clear examples are present of "normal" volcanically robust ridge segments, deep extensional rift valleys, stable and evolving transform faults, nontransform ridge offsets, propagating rifts, and off-axis seamount chains. Much has been learned about the nature of hydrothermal circulation through intensive studies of the many active hydrothermal systems and mature hydrothermal deposits that occur in both unsedimented and sedimented environments along the ridge. Better understanding of the way that oceanic crust chemically and physically "ages" is emerging from studies on the ridge and ridge flank. A clear history of the evolution of the ridge and of plate motions is provided by the magnetic anomalies mapped over the ridge and adjacent plates. From this history, lessons have been learned about the causes and consequences of plate motions, fragmentation, and internal deformation. Some of the success of these studies can be attributed to the rapidly evolving geophysical tools which provide ever increasing efficiency of operation and resolution. A new phase of study most recently begun involves the deployment of sea-floor geophysical "observatories" that provide a means by which temporal variations and events can be monitored over extended periods of time. These new studies are expected to yield yet another level of understanding of the processes that have produced two thirds of the Earth's surface as well as many important geologic formations in terrestrial settings.

La dorsale Juan de Fuca, en vertu de sa localisation proche de la côte occidentale de l'Amérique du Nord et près de nombreuses institutions océanographiques, a été fait l'objet d'un grand nombre d'investigations de géologie marine, géochimie et géophysique. Les études systématiques ont commencé au début des années 1960 avec le levé géophysique de A. D. Raff et R. G. Mason, sur lequel repose en bonne partie la base du développement des paradigmes extraordinairement prometteurs de l'expansion océanique et de la tectonique des plaques. Des études subséquentes, systématiques et détaillées, sur les plaques et les limites des plaques dans cette région ont été réalisées par des scientifiques du monde académique, industriel et des agences gouvernementales, incluant la Commission géologique du Canada, elles ont établi les principes fondamentaux sur lesquels reposent en majeure partie notre compréhension actuelle des mouvements des plaques à l'échelle du Globe et des mécanismes impliqués dans la création de nouvelle croûte océanique aux centres d'expansion océanique. Le succès obtenu par ces études peut être attribué en majeure partie à la diversité géologique qui existe le long de la dorsale Juan de Fuca. Ont été observés des exemples probants de segments robustes de crêtes « normales » d'origine volcanique, des vallées de rift distensives profondes, des failles transformantes stables et actives, des décalages des crêtes non-tranformants, des rifts en propagation et des chaînes de monticules sous-marins extérieures à l'axe. De nombreux enseignements ont été obtenus sur la nature de la circulation hydrothermale grâce aux études intensives effectuées sur plusieurs systèmes hydrothermaux et sur les dépôts hydrothermaux qui apparaissent aussi bien dans les milieux recouverts de sédiment que ceux qui en sont dépourvus le long de la dorsale. Une meilleure connaissance de la manière dont la croûte océanique a chimiquement et physiquement « muri » resulte des études sur la dorsale et le flanc de la dorsale. Une histoire claire de l'évolution de la dorsale et des mouvements des plaques est révélée par les anomalies magnétiques cartographiées de la dorsale et des plaques adjacentes. Des leçons ont été tirées des révélations historiques, pour expliquer les causes et les conséquences des mouvements des plaques, leur fragmentation et leur déformation interne. L'innovation rapide dans les équipements géophysiques a contribué en partie au succès de ces études, en rendant leur opération plus efficace et en améliorant la résolution. Une nouvelle phase de l'étude qui a débuté tout récemment porte sur le déploiement sur le fond océanique « d'observatoires » géophysiques qui fournissent un moyen de surveillance continue, permettant d'enregistrer en tout temps les évènements et leurs variations, et sur de longues périodes. Il est espéré que ces nouvelles études conduiront à un autre niveau de compréhension des processus qui ont produit les deux-tiers de la surface de la Terre et aussi plusieurs des importantes formations géologiques des paysages terrestres. [Traduit par la rédaction]