Abstract

Aeromagnetic data collected between eastern Nova Scotia and southern Newfoundland provide new information about the offshore extension of the Avalon and Meguma terranes. A zone of short-wavelength anomalies that delineates Scatarie Ridge extends westward to the Late Proterozoic Fourchu Group in southeastern Cape Breton Island and eastward towards the Burin Peninsula of Newfoundland, suggesting that both regions belong to the same tectono-stratigraphic province of the Avalon composite terrane. A different zone of short-wavelength, discontinuously lineated anomalies at the northern edge of the Canso Ridge correlates with amphibolite-facies metamorphic rocks of the Meguma terrane on the Canso Peninsula, interpreted as an exhumed deeper metamorphic level of the Meguma terrane at its boundary with the Avalon terrane. The S-shaped pattern of long linear magnetic trends, characteristic of lower grade Meguma rocks on the southern flank of the Canso Ridge, indicates plastic deformation of the Meguma terrane during the Acadian orogeny when emplaced against the rigid Cape Breton Island block indentor. Analogous patterns occur off western Nova Scotia, suggesting little strike-slip motion occurred between the Meguma and Avalon terranes since the Acadian orogeny.Late Proterozoic rocks on Scatarie Ridge are intruded by Cretaceous diabase dykes. The diabase is alkaline with a within-plate geochemical signature, similar in composition to basalt flows in the Orpheus half-graben. A depleted-mantle model age TDM (Nd) of 731 Ma, εNd = +6.5, suggests that the magma was sourced from a lithospheric mantle reservoir involved in Late Proterozoic magmatic activity. Aeromagnetic data interpretation confirms the distribution of Cretaceous basalt flows and sills within Mesozoic sedimentary strata of the Orpheus half-graben previously outlined by seismic methods but was unable to differentiate between Proterozoic and Mesozoic intrusive rocks where the Proterozoic rocks lay near to the ocean floor.

Les données aéromagnétiques collectées entre l'est de la Nouvelle-Écosse et le sud de Terre-Neuve documentent l'extension au large des terranes de Méguma et d'Avalon. Une zone d'anomalies de courtes longueurs d'onde, représentant la dorsale Scatarie, s'étend vers l'ouest dans la région sud-est de l'île du Cap-Breton jusqu'au Groupe de Fourchu du Protérozoïque tardif et en direction est vers la péninsule Burin de Terre-Neuve, ce qui suggère que les deux régions doivent appartenir à la même province tectono-stratigraphique du terrane d'Avalon composite. Une autre zone de courtes longueurs d'onde, représentée par les anomalies discontinues observées sur la bordure septentrionale de la dorsale Canso, est corrélée avec les roches métamorphiques à faciès d'amphibolites du terrane de Méguma sur la péninsule Canso, lesquelles sont interprétées comme un niveau métamorphique plus profond du terrane de Méguma exhumé à la frontière avec le terrane d'Avalon. La disposition en forme de S des directions des longues lignes magnétiques, caractéristique des roches de faible degré métamorphique du terrane de Méguma sur le flanc méridional de la dorsale Canso, indique qu'une déformation plastique du terrane de Méguma s'est produite par le poinçonnement du bloc rigide de l'île du Cap-Breton, lors de sa mise en place durant l'orogénie acadienne. Des déformations analogues sont observées au large de la région ouest de la Nouvelle-Écosse, suggérant que depuis l'orogénie acadienne, un faible mouvement de décrochement s'est réalisé entre les terranes de Méguma et d'Avalon.Les roches du Protérozoïque tardif sur la dorsale Scatarie sont recoupées par des dykes de diabase crétacés. La diabase est alcaline, présente une signature géochimique intra-plaque, et sa composition est similaire à celle des coulées de basalte présentes dans le demi-graben d'Orpheus. Un âge TDM (Nd) de 731 Ma, εNd = +6,5, indique que le magma est issu d'un réservoir du manteau lithosphérique qui contribuait à l'activité magmatique au Protérozoïque. L'interprétation des données aéromagnétiques confirme la distribution des coulées basaltiques et des filons-couches crétacés dans les strates sédimentaires mésozoïques du demi-graben d'Orpheus, dévoilé antérieurement par les méthodes sismiques, mais elle ne permet pas la distinction entre les roches intrusives protérozoïques et mésozoïques, quant les roches protérozoïques gisent près du plancher océanique. [Traduit par la rédaction]