The postglacial sedimentary record of 59 km2 Stave Lake was investigated using 3.5 kHz subbottom profiles and cores from the sediment surface. The acoustic data show a thin cover of acoustically transparent sediment (unit 1) overlying bedrock or glacial sediment on the floor of the lake. Overlying acoustically stratified sediment is divided into unit 2, which thins from 28 m in the south of the lake to less than 12 m in the north, and unit 3, which thins from 20 m in the north to about 12 m in the south. Unit 1 is interpreted as resulting from deposition in a relatively quiet lacustrine or marine environment following retreat of Vashon glaciers about 13 ka ago. Unit 2 is ascribed to deposits of sediment in runoff to Stave Lake from the Sumas ice sheet in the Fraser Valley and connecting valleys to the Stave Basin. Following the retreat of the Sumas ice about 11 ka ago, deposition of unit 3 resulted almost entirely from sediment input from Stave River entering at the north end of the lake. Raising the lake in 1912 by damming for hydroelectric generation resulted in deposition of a thin but distinct marker horizon in the sediment, from which modern rates of accumulation averaging 3 mm/a are estimated. These are more than twice the average rates for the Holocene estimated from the total thickness of unit 3. The rates of sediment yield calculated from accumulation in Stave Lake are 4.5 × 105 kg∙km−2∙a−1 (modern) and less than 2 × 105 kg∙km−2∙a−1 (averaged over the Holocene).

Les sédiments postglaciaires du fond du lac Stave de 59 km2 ont été étudiés au moyen d'enregistrements de profils de sondages à fréquence 3,5 kHz, et de carottes prélevées dans la couche supérieure des sédiments. Les données acoustiques révèlent la présence d'une mince couverture de sédiments sans réflexions acoustiques (unité 1), laquelle recouvre directement les assises rocheuses ou les sédiments glaciaires du fond du lac. Les sédiments sus-jacents, à stratification acoustique, sont classifiés en l'unité 2, laquelle s'amincit en passant du sud au nord du lac de 28 m à moins de 12 m, respectivement, et en l'unité 3 dont l'épaisseur passe de 20 m au nord à environ 12 m au sud. L'unité 1 est interprétée comme un dépôt dans un milieu lacustre ou marin, relativement calme, qui succéda au retrait des glaciers de Vashon, il y a environ 13 ka. L'unité 2 représente des dépôts de sédiments transportés dans le lac Stave par les effluents, issus du stade glaciaire de Sumas, qui coulaient dans la vallée du Fraser et dans les vallées connectées au bassin de Stave. L'unité 3 est formée en quasi totalité de sédiments transportés dans le lac, qui arrivaient à son extrémité nord, par la rivière Stave suite au retrait des glaces de Sumas, il y a environ 11 ka. Le relèvement du niveau du lac en 1912 par un barrage hydroélectrique a provoqué le dépôt d'un mince horizon marqueur de sédiment, nettement distinct, et à partir duquel sont estimés les taux récents de sédimentation dont la moyenne est de 3 mm/a. Ce taux moyen de sédimentation est le double de celui estimé sur l'ensemble des sédiments de l'unité 3 déposés durant l'Holocène. Les taux de production de sédiments calculés à partir de l'accumulation dans le lac Stave sont de 4,5 × 105 kg∙km−2∙a−1 (pour actuel) et moins de 2 × 105 kg∙km−2∙a−1 (pour moyenne de l'Holocène). [Traduit par la rédaction]