Abstract

Flemish Pass is a basin in 1000 m water depth on the continental slope off the Grand Banks of Newfoundland and has a Quaternary fill principally of turbidites. The late Quaternary history of the pass has been investigated using mid-range side-scan sonargraphs, high-resolution seismic profiles, and cores dated using C-14. The sequence of facies in the cores reveals six lithostratigraphic units deposited in the past 40 ka. At 15–19 ka and ?25–30 ka, sedimentation was dominated by debris-flow and turbidite deposits, together with hemipelagic deposits of similar clay-size mineralogy, derived from the Grand Banks. At other times, ice-rafting and hemipelagic sedimentation, principally of carbonate-rich sediment transported by the Labrador Current, predominated. A late Quaternary regional unconformity on the slope may reflect the effects of ice sheets reaching the shelf break, probably in the Early Wisconsinan. Late Wisconsinan resedimentation was not related to ice-marginal processes and probably resulted from iceberg impacts.

La passe Flamande est un bassin recouvert de 1000 m d'eau sur le talus continental, au large des Grands Bancs de Terre-Neuve, et le fond est comblé de sédiments quaternaires dominés par des turbidites. L'histoire de la passe vers la fin du Quaternaire a été étudiée par sonographie latérale de portée moyenne, des profils sismiques à haute-résolution, et par datation au C-14 de carottes. La séquence des faciès dans les carottes révèlent le dépôt de six unités lithostratigraphiques durant les derniers 40 ka. Il y a 15–19 ka et ?25–30 ka, la sédimentation était dominée par des flots de débris et des turbidites qui sont associés à des dépôts hémipélagiques de minéralogie argileuse similaire, dérivés des Grands Bancs. En d'autres temps, il y a eu sédimentation de matériaux transportés par radeaux de glace et hémipélagiques, surtout des sédiments riches en carbonates livrés par le courant du Labrador. Une discordance régionale sur le talus, datant du Quaternaire tardif, reflète vraisemblablement les effets de la calotte glaciaire sur le rebord de la plate-forme, probablement durant le Wisconsinien précoce. La resédimentation au Wisconsinien tardif n'était aucunement liée aux processus actifs sur la marge glaciaire, elle résulte probablement des impacts des icebergs. [Traduit par la rédaction]