Granitoid rocks in the Slave Province consist of 4.0–2.8 Ga granitoid gneisses that predate the 2.71–2.65 Ga volcanic and turbiditic rocks of the Yellowknife Supergroup and 2.70–2.58 Ga granitoid plutons that intrude the Yellowknife Supergroup. U–Pb zircon ages and Nd and Pb isotopic data indicate that the older granitoids are restricted to the western part of the Slave Province. Granitoid gneisses in the eastern Slave Province, previously suspected to predate the Yellowknife Supergroup, are similar in age to the volcanic rocks.In this paper, the results of a detailed geochronological study of plutonic rocks of the Contwoyto Lake – Nose Lake area of the northcentral Slave Province are reviewed and integrated with the available age data base for plutonic rocks elsewhere in the Slave Province. The data indicate that the timing of the later (<2.7 Ga) plutonism is bimodal, consisting of two distinct magmatic periods separated by approximately 20 Ma of apparent magmatic quiescence. The first period was synvolcanic, dating from 2695 to 2650 Ma. The second period, during which more than 80% of the granitoids presently exposed in the Slave Province were intruded, lasted from 2625 to 2580 Ma, spanning the major Archean deformation events, Syndeformation granitoids, with ages between 2625 and 2595 Ma, are dominantly diorite and tonalité in composition. Late- to post-deformation granitoid rocks, with ages between 2605 and 2580 Ma, range in composition from megacrystic biotite granodiorite to two-mica granite. In general terms, the compositions of the granitoid plutons vary in time from dominantly metaluminous to more strongly peraluminous.Present data show no obvious regional age variation among the younger granitoid rocks across the province. This apparent absence of diachroneity has important implications for models interpreting the magmatism as having evolved in a continental-margin setting, because the extent of contemporaneous plutonism is more than 400 km across strike, considerably broader than in most Mesozoic continental-margin batholiths.

Les roches granitoïdes dans la province des Esclaves sont formées de gneiss granitoïdes vieux de 4,0 – 2,8 Ga, elles prédatent les turbidites et les volcanites du Supergroupe de Yellowknife, âgées de 2,71–2,65 Ga, ainsi que les plutons granitoïdes, datés de 2,70–2,58 Ga, qui envahissent les roches du Supergroupe de Yellowknife. Les âges U–Pb sur zircon et les données isotopiques de Nd et Pb indiquent que les granitoïdes les plus vieux ne sont présents que dans la partie occidentale de la province des Esclaves. Les gneiss granitoïdes dans la partie orientale de la province des Esclaves, autrefois pressentis comme susceptible de prédater le Supergroupe de Yellowknife, sont en réalité du même âge que les volcanites.Dans le présent article, les résultats de l'étude géochronologique détaillée des roches plutoniques de la région des lacs de Contwoyto–Nose, dans la partie nord-centrale de la province des Esclaves, sont réexaminés et intégrés aux âges connus des roches plutoniques provenant de d'autres régions au sein de la province des Esclaves. Les données révèlent que l'épisode de plutonisme tardif (<2,7 Ga) est de nature biomodale, incluant deux crises d'activités magmatiques distincts, séparées par une pause magmatique d'une durée approximative de 20 Ma. La première, datée de 2695 à 2650 Ma était syn-volcanique. La seconde, durant laquelle a eu lieu la mise en place de plus de 80% des massifs granitoïdes exposés actuellement dans la province des Esclaves, a duré de 2625 à 2580 Ma, intervalle qui inclut des événements majeurs de déformation archéenne. Les granitoïdes mis en places en plein régime de déformation, dont les âges sont compris entre 2625 et 2595 Ma, sont formés principalement de diorite et de tonalité. Les roches granitoïdes mises en place vers la fin et postérieurement à la déformation, datées de 2605 à 2580 Ma, ont une composition qui varie de granodiorite avec biotite macrocristalline à granite avec deux micas. En termes généraux, la composition des plutons granitoïdes a évolué dans le temps, passant de principalement méta-alumuneuse à fortement peralumineuse.Les données actuelles recueillies au travers la province n'offrent, à l'échelle régionale, aucune preuve de variation d'âge parmi les roches granitoïdes les plus jeunes. Cette absence apparente de diachronisme est très significative, et il faut en tenir compte dans la modélisation de magmatisme ayant évolué dans un contexte de marge continentale, car ici l'étendue du plutonisme contemporain dépasse les 400 km en travers de la direction structurale, ce qui dépasse de beaucoup la largeur de la plupart des batholits de marge continentale mésozoïques. [Traduit par la rédaction]