Abstract

The late Precambrian Cadomian Orogen exposed in the North Armorican Massif (northwest France) is a collage of displaced terranes that, in part, developed during amalgamation of continental-arc and marginal-basin complexes. 40Ar/39Ar mineral ages reported here place new constraints on the timing of Cadomian tectonothermal activity in the southern part of the St Brieuc terrane. In the baie de Saint-Brieuc area Brioverian supracrustal units were deformed, metamorphosed, and intruded by calc-alkaline plutonic complexes. Metamorphic hornblende from a metabasic amphibolite sheet within Brioverian rocks records an isotope correlation age of 568.4 ± 2.6 Ma (interpreted to date postmetamorphic cooling through appropriate argon closure temperatures). Similar isotope correlation cooling ages are recorded by metamorphic hornblende within both an amphibolite sheet intrusive into the Penthièvre complex (567.5 ± 1.2 Ma) and the La Croix Gibat amphibolite (574.8 ± 2.1 Ma). Igneous hornblende from the late tectonic to posttectonic St Quay quartz diorite and muscovite from Brioverian metasedimentary rocks in the contact aureole record isotope correlation ages of ca. 565–570 Ma. These and a ca. 568 Ma isotope correlation age determined for hornblende from the foliated Fort de la Latte quartz diorite are interpreted to date postmagmatic cooling.The 40Ar/39Ar ages indicate that Cadomian tectonothermal activity within southern parts of the St Brieuc terrane occurred prior to ca. 570 Ma. This is markedly older than the ca. 540 Ma date previously suggested for peak Cadomian metamorphism and granite emplacement in the adjacent St Malo terrane and is consistent with palinspastic separation of the contrasting Cadomian elements until at least the latest Precambrian. A pre-570 Ma age for Cadomian tectonothermal activity in the St Brieuc terrane suggests correlation with similar-aged orogenic activity in other circum-Atlantic, late Precambrian Gondwanan marginal terranes (including southern portions of the Iberian massif and various sectors of the West African orogens).

L'Orogène du Cadomien, d'âge précambrien tardif, exposé dans le Massif Armoricain Nord (nord-ouest de la France) est un collage de terrains déplacés, résultant en partie de l'accrétion de complexes d'arcs continentaux et de complexes de bassins marginaux. Les âges 40Ar/39Ar sur minéraux, cités ici, fixent des nouvelles contraintes temporelles pour l'activité tectonothermique cadomienne dans la partie sud du terrain de St Brieuc. Dans la région de la baie de Saint-Brieuc, briovérienne, les unités supracrustales furent déformées, métamorphisées et injectées de complexes plutoniques calco-alcalins. La hornblende d'origine métamorphique d'une couche d'amphibolite métabasique, intercalée dans les roches briovériennes, a fourni un âge isotopique corrélatif de 568,4 ± 2,6 Ma (considéré comme l'âge du refroidissement postmagmatique, passant par les températures appropriées de fermeture de l'argon). Des âges d'isotopes corrélatifs de refroidissement analogues à ces derniers ont été obtenus, d'une part pour la hornblende métamorphique d'une couche d'amphibolite intrusive dans le complexe de Penthièvre (567,5 ± 1,2 Ma) et, d'autre part, de l'amphibolite de La Croix Gibat (574,8 ± 2,1 Ma). La hornblende ignée de la diorite quartzique tectonique tardif à post-tectonique de St Quay, et la muscovite des roches métasédimentaires briovériennes de l'auréole de contact fournissent des âges d'isotopes corrélatifs variant de 565 à 570 Ma. Ces données, incluant un âge isotopique, corrélatif autour de 568 Ma sur hornblende de la diorite quartzique foliée de Fort de la Latte, sont interprétées comme désignant la date du refroidissement postmagmatique.Les âges 40Ar/39Ar indiquent que l'activité tectonothermique cadomienne dans les régions sud du terrane de St Brieuc a précédé la date d'environ 570 Ma. Cette date est signifîcativement plus ancienne que celle de plus ou moins 540 Ma, attribuée antérieurement à l'apogée du métamorphisme cadomien et à la mise en place du granite dans le terrain adjacent de St Malo; elle s'accorde avec la séparation palinspatique des éléments cadomiens distincts, jusqu'à au moins la fin du Précambrien. Un âge plus ancien que 570 Ma pour l'activité tectonothermique cadomienne dans le terrain de St Brieuc suggère la corrélation avec l'activité orogénique contemporaine des autres terrains marginaux gondwaniens du Précambrien tardif, de la ceinture de l'Atlantique (incluant les régions sud du massif ibérien et autres secteurs des orogènes de l'Afrique de l'Ouest). [Traduit par la rédaction]