Sedimentary processes and bed forms leading to the onset of braiding were observed in small-scale hydraulic models of gravel-bed streams. The laboratory streams had a variety of combinations of (constant) discharge and slope but identical bed-material particle-size distributions. From initially straight channels, braiding occurred by four different processes: deposition and accumulation of a central bar, chute cutoff of point bars, conversion of single transverse unit bars to mid-channel braid bars, and dissection of multiple bars. In these experiments the chute cutoff mechanism was the most common, but the predominant braiding mechanism depends upon sediment mobility (excess bed shear stress) and the bed-form regime. At very low excess bed shear stress the central bar process dominates, but at higher excess bed shear stress slip-face unit bars are more common, bed scour at confluences is more pronounced, and propogation of alternate convergence (scour) and divergence (deposition) is more likely; thus chute cutoffs and bar conversion dominate. The multiple bar mechanism is restricted to channels with very high width/depth ratio. All of these processes, along with avulsion, are significant for maintenance of an established braided channel.The direct physical sedimentary cause of primary braiding is essentially the same in all these processes: local aggradation (often by stalling of bed-load sheets) and loss of competence in a lateral flow expansion. The chute cutoff process occurs in a morphologically distinctive setting and may be aided by other factors, but it is usually triggered by the local thalweg shoaling that is the fundamental physical mechanism causing the onset of braiding by the other processes. Local short-term pulses in bed-load supply are often the trigger for the initiation and maintenance of braiding, regardless of the exact braiding process.

Les processus sédimentaires et les formes de litage qui sont associés au développement d'un réseau anastomosé ont été observés par modélisation hydraulique de filets d'eau sur lit de gravier, à une échelle réduite. Les filets d'eau utilisés en laboratoire combinaient diverses conditions de débit (constant) et de pente, cependant les distributions granulométriques du matériel du lit de sédiment étaient toujours les mêmes. Quatre processus ont modifié les chenaux rectilignes initiaux et ont contribué à créer un réseau anastomosé : dépôt et accumulation d'une barre centrale, recoupement transversal des lobes de méandre, transformation de barres transversales individuelles en barres anastomosées à chenaux multiples, et dissection des barres multiples. Le processus le plus souvent observé dans cette expérimentation fut le recoupement transversal des lobes méandriques, toutefois le mécanisme dominant dans la formation du réseau anastomosé dépend de la mobilité du sédiment (force supérieure au seuil de cisaillement du lit) et du régime des formes de litage. Le processus de formation des barres centrales prédomine en présence d'une très faible force excédante au seuil de cisaillement du lit, tandis qu'une force fortement supérieure au seuil de cisaillement favorise l'apparition de barres isolées face au courant, l'affouillement aux confluences devient plus intense, la propagation de zones de convergence (affouillement) et de divergence (sédimentation) est plus fréquente, et ainsi prédominent le recoupement transversal des lobes et le façonnage des barres. Le mécanisme de formation des barres multiples est limité aux chenaux ayant un rapport largeur/profondeur élevé. Tous ces processus, incluant l'avulsion, sont importants pour préserver le chenal anastomosé établi.La cause physique sédimentaire directe du développement du réseau anastomosé primaire est essentiellement la même dans tous ces processus : accumulation locale (souvent par immobilisation de la charge de fond des lits) et perte d'énergie de l'écoulement d'étendue latéral. Le processus de recoupement des lobes méandriques apparaît dans un contexte morphologiquement distinct et il peut être intensifié par d'autres facteurs, mais il débute généralement grâce à un haut-fond de vallée qui constitue la cause physique fondammentale de la formation du réseau anastomosé due aux autres processus. Des venues subites de charge de sédiment plus volumineuses servent souvent à amorcer et à maintenir le développement du réseau anastomosé, indépendamment de son processus exact de formation. [Traduit par la rédaction]