Side-looking, C-band synthetic-aperture radar (SAR) penetrates cloud and fog, and operates day or night, to produce pseudo-three-dimensional terrain images with enhanced topography and surface roughness. The images, which have a 20 m resolution and cover large areas, have been used to map the regional trends, patterns of lineaments, and terrain types over a 6200 km2 area of complex lithology, structure, and drift cover. Four lineament classes are differentiated. Glacial trends are clear, and bedrock structures (faults, fractures, joints, foliation, and folded bedding) with relief expression at the surface show through the drift as lineaments. They accurately reproduce most known features when compared with bedrock and Quatenary geology maps. Hitherto unrecognized structural elements are revealed. Tones and textures reflect minute surface roughness variations useful in terrain classification. SAR wide-swath-mode imagery is thus a valuable complement to aerial photography, and is superior in revealing hummocky moraine, ribbed moraine, boulder fields and stony till. Wider use of this imagery is encouraged.

Le radar latéral, bande-C, et à ouverture synthétique (SAR) traverse les nuages et le brouillard, et opère jour et nuit, pour reproduire des pseudo-images tridimensionnelles des terrains tout en rehaussant la topographie et les inégalités de surface. Les images, qui présentent une résolution de 20 m et qui couvrent de grandes superficies, ont été utilisées pour cartographier les directions régionales, la distribution des linéaments et les types de terrains sur une superficies de 6200 km2, incluant des lithologies et structures complexes et une couverture de depôts de glacier. Les linéaments sont regroupés en quatre classes. Les directions glaciaires sont nettes et les structures du substratum (failles, fractures, diaclases, foliation et litage plissé) possédant un relief en surface montrent des linéaments au travers les dépôts glaciaires. Les images reproduisent précisément la plupart des particularités connues grâce à une comparaison avec les cartes géologiques du substratum et du Quaternaire. Les éléments structuraux qui jadis échappaient à la cartographie sont maintenant reconnus. Les couleurs et les textures qui reflètent les changements des petites irrégularités de la surface servent à la classification des terrains. Donc, l'imagerie SAR, à larges bandes, fournit des renseignements complémentaires à la photographie aérienne et avec supériorité, car elle fait ressortir la topographie en creux et bosses des moraines, les moraines médianes, les champs de blocs et les tills pierreux. Une plus grande utilisation de cette imagerie est préconisée. [Traduit par la rédaction]