Abstract

Cretaceous dinosaur footprints discovered in the J Sandstone of the South Platte Formation (Dakota Group) in Colorado and the St. Mary River Formation of southwestern Alberta exhibit the first reported foot pad skin impressions of large ornithopods. The Canadian tracks occur as sandstone casts preserved in mudstones, whereas the Colorado tracks are natural impressions in a sandstone bed overlain by shale. The South Platte Formation tracks occur as impressions in a widespread "dinoturbated" sandstone bed representing low-gradient, delta plain – coastal plain facies assemblages associated with the upper member of the group, the J Sandstone. Only one of the many iguanodontid trackways exhibits good skin impressions.The St. Mary River Formation palaeoenvironment is interpreted as an anastomosed fluvial system that flowed northeast over a low-gradient floodplain from Montana. Footprints, often preserved in trackways, were left as dinosaurs walked across lake and marsh sediments that were relatively well drained or in various stages of dewatering. The quality of preservation is variable, depending on the properties of the substrate, and only one hadrosaur footprint includes clear casts of skin patches on the bottom of the footprint. Similar track-rich facies assemblages, representing lowland coastal plain and deltaic environments, are found in both the Lower (Gething Formation, British Columbia) and Upper Cretaceous (Mesa Verde, Colorado) successions of western North America. Few substrates of these depositional environments were suitable for the preservation of skeletal remains, so the information derived from tracks is palaeontologically significant.

Les empreintes de pas de dinosaures crétacés, trouvées dans le grès J de la Formation de South Platte (Groupe de Dakota) du Colorado et dans la Formation de St. Mary River du sud-ouest de l'Alberta, sont les premières empreintes décrites de l'épiderme des pattes de grandes ornithopodes. Les traces dans le gisement canadien apparaissent sous forme d'un moule de grès préservé dans des mudstones, tandis que les traces du gisement du Colorado sont des empreintes naturelles dans une couche de grès recouverte par un shale. Les traces dans la Formation de South Platte sont représentées par des empreintes dans un grès « piétiné par les dinosaures », qui est largement répandu, qui fait partie des assemblages de faciès de plaine deltaïque – plaine littorale avec faible pente, et qui est associé au membre supérieur du groupe appelé le grès J. Les empreintes claries de l'épiderme n'ont été trouvées que dans une parmi les nombreuses pistes étudiées.Le paléomilieu de la Formation de St. Mary est interprété comme étant celui d'un système fluviatile, anastomosé, qui coulait vers le nord-est sur une plane d'inondation faiblement inclinée, à partir du Montana. Les empreintes des pas, fréquemment alignées en pistes, ont été produites lorsque les dinosaures marchaient au travers les lacs et les sédiments de marécages relativement bien drainés ou à divers stades d'assèchement. L'état de préservation varie selon les propriétés du sustratum, et seulement une des empreintes de pas d'hadrosaure a fourni des moules distincts de plages d'épiderme de la planche du pied. D'autres assemblages de faciès analogues avec traces de pas, représentant des milieux de plaine littorale ou deltaïque, apparaissent dans les séquences du Crétacé inférieur (Formation de Gething, Colombie-Brittanique) et du Crétacé supérieur (Mesa Verde, Colorado) dans l'Ouest de l'Amérique du Nord. Dans de tels milieux sédimentaires, la surface des lits convient peu à la préservation des empreintes, par conséquent, les enseignements que procurent les traces bien préservées sont particulièrement importants. [Traduit par la rédaction]