Abstract

The Dumagami Au–Ag–Cu deposits are hosted by strongly deformed and altered Archean felsic metavolcanites of the Blake River Group (BRG), southern Abitibi greenstone belt, Canada. Textural and structural features recorded within the lithologies of the BRG at Dumagami indicate that two stages of hydrothermal alteration, separated by a dynamometamorphic event, have affected the volcanic protoliths in the deposit area. Advanced argillic and sericitic alteration zones, massive pyrite bodies, and massive sphalerite–galena bodies resulted from the first stage of hydrothermal activity. Sericitic shells surround peraluminous cores, which host the massive pyrite bodies and massive sphalerite–galena bodies within the altered zones.This early-stage alteration was followed by a dynamometamorphic event that reached the greenschist–amphibolite grade and almost completely recrystallized both fresh and altered rocks and the enclosed massive sulphide bodies. White-mica schists and andalusite–kyanite schists represent the dynamometamorphic equivalents of the earlier sericitic and advanced argillic zones. Mesoscopic and microscopic structures and textures attest to the ductile behaviour of the massive pyrite bodies during this deformation and accompanying metamorphism.Portions of the deformed and metamorphosed altered zones are characterized by a late cataclastic deformation and by the development of fractures postdating the ductile deformation. The late hydrothermal alteration is concentrated within these cataclastic rocks and is characterized by the retrogression of the greenschist–amphibolite assemblages. Andalusite and kyanite are replaced by diaspore, kaolinite, and pyrophyllite assemblages, and pyrite is replaced by chalcopyrite–gold, chalcopyrite–bornite–gold, and bornite–stromeyerite assemblages. The concentration of the pre-dynamometamorphic alteration and sulphide mineralization within a narrow band along the southern BRG could indicate that this part of the BRG was the locus of a major Archean synvolcanic fault zone.

Le gisement d'Au–Ag–Cu de Dumagami est encaissé dans des méta-felsites archéennes altérées et déformées du Groupe de Blake River (BRG), dans la partie sud de la ceinture de roches vertes de l'Abitibi, Canada. Les structures et textures présentes dans les lithologies du BRG à Dumagami indiquent que deux épisodes d'altération hydrothermale, entrecoupés par une phase de dynamométamorphisme, ont affecté les protolithes d'origine volcanique dans le secteur du gisement. Le premier épisode d'altération hydrothermale a produit des amas massifs de pyrite et de sphalérite–galène inclus dans des zones d'altération argillique avancée, ces dernières étant elles-mêmes englobées dans des zones d'altération séricitique formant un réseau anastromosé d'envergure régionale. Un dynamométamorphisme ayant atteint les conditions de la zone de transition schiste vert–amphibolite a provoqué la recristallisation, parfois complète, des protolithes frais et altérés ainsi que des amas de sulfures. Des phyllonites à muscovite et des schistes à andalousite–kyanite représentent, respectivement, les équivalents métamorphiques des altérations séricitique et argillique avancée.Aux échelles méso- et micro-scopique, les structures et les textures associées aux amas massifs de pyrite traduisent le comportement ductile de ces matériaux durant le dynamométamorphisme. Des secteurs limités des zones d'altération sulfurées sont caractérisés par une cataclase texturalement tardive, par la présence de fractures et de veines postérieures à la déformation ductile, et par la destruction des assemblages métamorphiques progrades. L'andalousite et la kyanite sont remplacées par des assemblages de kaolinite, pryrophylite et diaspore, alors que la pyrite est remplacée par des assemblages de chalcopyrite–or, chalcopyrite–bornite–or et bornite–stromeyerite. Le remplacement des assemblages métamorphiques progrades témoigne d'une seconde période d'activité hydrothermale. La distribution des zones d'altération précoces et des amas sulfurés à l'intérieur d'une ceinture étroite le long de la portion sud du BRG dans le secteur pourrait indiquer que cette partie du BRG était le site d'une zone de faille synvolcanique majeure à l'Archéen.