Four previously defined formations within the Chicoutimi outlier are extended to the Lac Saint-Jean outlier; these formations are gradational into one another. The lowest of these formations, the Tremblay, is restricted to siliciclastic strata (predominantly coarse-grained sandstones); the overlying Simard, to micritic limestones. This last-named formation is succeeded by the highly fossiliferous Shipshaw Formation, composed of alternating limestones and shales, whereas the youngest of the previously named carbonates, the Galets Formation, is made up of echinodermal calcarenites. Graptolitic shales, herein assigned to the new Pointe-Bleue Shales, overlie in sharp contact the Galets; the youngest limestones of the area, previously assigned to the Richmondian, are different from the other Ordovician limestones. Trilobite faunas from the Shipshaw (and Galets) are correlated with the Edenian; the same correlation is probable for the uppermost of the four informal units recognized within the Simard Formation. The lowest three informal units of the Simard Formation are assigned to the Kirkfieldian; Shermanian strata have not been identified but are probably present. The Pointe-Bleue Shales were previously assigned to the Maysvillian. The Simard Formation contains an "Arctic" fauna, also present in the Manicouagan outlier but yielding in this last case a Shipshaw–Galets trilobite fauna. The Simard fauna, previously correlated with the "Black River," is thus interpreted as significantly time transgressive and of limited stratigraphic use. Depositional environments present in the Lac Saint-Jean and Chicoutimi outliers, but absent in southern Ontario during the Shermanian and Edenian, account for the necessity of significantly increasing the biozones of numerous taxa.

Les quatre formations précédement définies du placage ordovicien de Chicoutimi sont reconnues dans le placage ordovicien du Lac Saint-Jean; ces formations passent progressivement de l'une à l'autre. La plus vieille des quatre, la Formation de Tremblay, est restreinte aux strates silicoclastiques (en majorité des grès grossiers), tandis que la Formation de Simard sus-ja-cente est restreinte à des calcaires micritiques. Le Simard est suivi de la Formation de Shipshaw, très fossilifère, formée d'une alternance de shales et de calcaires, tandis que la formation la plus jeune des formations précédemment décrites, la Formation des Galets, est composée de calcarénites échinodermales. Des shales graptolitiques, assignés à la nouvelle formation des Shales de Pointe-Bleue, recouvrent brutalement la Formation des Galets. Les calcaires les plus jeunes de la région, d'âge richmondien, sont différents des autres calcaires ordoviciens. Les faunes à Trilobites du Shipshaw (et de la Formation des Galets) sont corrélées avec l'Edenien; la même corrélation est probable pour l'unité la plus jeune des quatre unités informelles du Simard. Les trois plus vieilles unités informelles du Simard sont assignées au Kirkfieldien; des strates du Shermanien sont probablement présentes dans la région mais n'ont pas été identifiées. Les Shales de Pointe-Bleue avaient précédemment été considérés comme Maysvillien. La Formation de Simard contient une faune de « l'Arctique », qui se rencontre également dans la placage ordovicien de Manicouagan. Dans ce dernier cas, les calcaires de ce placage ont une faune à Trilobites corrélée avec le Shipshaw–Galets. Ainsi, la Formation de Simard, précédemment corrélée avec le « Black River », est interprétée comme étant transgressive dans le temps, et ceci d'une façon significative, limitant sévèrement son utilité stratigraphique. La présence d'environnements de déposition dans les placages du Lac Saint-Jean et de Chicoutimi, absents du sud de l'Ontario durant le Shermanien et l'Edenien, est responsable de la nécessité d'étendre la biozone d'un nombre significatif de taxons.