Kalzas is a sheeted vein and stockwork wolframite deposit, crosscutting continental margin sedimentary rocks of the Proterozoic Windermere Supergroup in central Yukon. Mineralization is synchronous with Cretaceous post-tectonic granites of the Selwyn Plutonic Suite.Parallel sets of planar quartz veins contain coarse euhedral wolframite and are generally oriented perpendicular to southeast-plunging fold axes. Widespread alteration of the host rocks and intense stockwork veining surround the veins. Alteration and mineralization show a distinct concentric zonation across a 2.5 km long southeast-trending oval. The core zone is characterized by orthoclase contained within quartz–tourmaline–wolframite veins. Minor phases include apatite, molybdenite, bismuthinite, pyrite, chalcopyrite, and pyrrhotite. Host rocks are prevasively tourmalinized and sericitized. Hydrothermal alteration here at the core of the system overprints early biotitization of the host rocks. The biotitization appears to have been the result of earlier contact metamorphism from a hidden pluton situated beneath the deposit that converted the chloritic groundmass of the metasediments to biotite. At the fringe of wolframite mineralization, cassiterite occurs with quartz, muscovite, and tourmaline, whereas orthoclase is distinctly lacking. The outer periphery of the concentrically zoned sequence features pervasive sericitization, disseminated pyrite, and the disappearance of tourmaline. Here, quartz veins are barren except for minor galena.Three main stages mark the mineralogical evolution of the deposit: (1) early biotitization of the chloritic host rocks in the core area; (2) quartz-dominated veining with internally complex timing relations, hydrothermal alteration, and zoning; and (3) carbonate veining and replacement of wolframite by scheelite.Fluid inclusions within quartz are dominated by H2O and contain variable amounts of CO2 as well as minor CH4 and NaCl. The CO2 content ranges from approximately 0 to 6 mol%. The fluids are generally dilute but locally contain as much as 7 wt.% NaCl equivalent. Homogenization temperatures are variable: for quartz, 160–340 °C; for cassiterite, 280–350 °C; and for apatite, 220–360 °C. Minimum hydrothermal pressures at the time of mineralization are estimated to have been in the range 300–600 bar (1 bar = 100 kPa). Fluctuations in pressure with cooling appear to have resulted in CO2 immiscibility and the formation of late-stage carbonates at the termination of hydrothermal activity.

Le gîte de wolframite de Kalzas se présente sous la forme d'un filon-couche et stockwerk, recoupant les roches sédimentaires de la marge continentale du Supergroupe de Windermere, d'âge protérozoique, dans la partie centrale du Yukon. La minéralisation est synchrone des granites crétacés post-tectoniques du groupe des plutons de Selwyn.Les ensembles parallèles de veines planaires de quartz renferment de gros cristaux automophes de wolframite; ces veines sont généralement orientées perpendiculaires aux axes de plis de plongée sud-est. Un réseau de fissures minéralisées entoure la veine, et la roche hôtesse est largement altérée. L'altération et la minéralisation exhibent une zonation concentrique distincte s'étalant sur une distance de 2,5 km le long de l'axe sud-est de la structure ovale. Le centre de la zone est caractérisé par la présence d'orthoclase dans les veines à quartz–tourmaline–wolframite. Les minéraux accessoires incluent l'apatite, la molybdénite, la bismuthinite, la pyrite, la chalcopyrite et la pyrrothite. Les roches hôtesses sont profondément altérées en tourmaline et en séricite. L'altération hydrothermale du centre de ce système oblitère la biotisation préexistante des roches hôtesses. La biotisation résulte probablement d'une activité antérieure de métamorphisme de contact d'un pluton caché sous le gîte, transformant la chlorite de la matrice des métasédiments en biotite. En bordure des amas de wolframite, on observe la cassitérite associée au quartz, muscovite, et tourmaline, cependant l'orthoclase est clairement absent. Le périmètre externe des zones concentriques est caractérisé par une intense séricitisation, la présence de pyrite disséminée et la disparition de la tourmaline. Ici, les veines de quartz ne sont pas minéralisées, sauf exceptionnellement par un peu de galène.L'évolution minéralogique du gîte est marquée par trois étapes : (1) la biotisation précoce des roches hôtesses chloriteuses au coeur de l'aire étudiée; (2) la formation de veines de quartz, l'altération hydrothermale, et zonation, temporellement complexes; et (3) formation de veines de carbonates, et remplacement de la wolframite par la scheelite.Les inclusions fluides dans le quartz renferment principalement H2O, contiennent des quantités variables de CO2, ainsi que CH4 et NaCl en faibles proportions. La teneur en CO2 varie approximativement de 0 à 6 pour cent molaire. Les fluides sont généralement dilués, mais localement ils peuvent contenir jusqu'à 7% de masse équivalente de NaCl. Les températures d'homogénéisation sont variables : 160–340 °C pour le quartz; 280–350 °C pour la cassitérite; et 220–360 °C pour l'apatite. Les pressions minimales durant la cristallisation sont estimées entre 300 et 600 bar (1 bar = 100 kPa). Les fluctuations de la pression associées au refroidissement sont vraisemblablement responsables de l'immiscibilté du CO2 et de la formation tardive des carbonates au terme de l'activité hydrothermale. [Traduit par la revue]