Redbeds and felsic and mafic volcanics of the King George IV Lake area of the Dunnage Zone in southwestern Newfoundland have been studied paleomagnetically. After unfolding, both hematite and magnetite carry a consistent direction of magnetization (D = 29.6°; I = 1.0°; k = 19.3; α95 = 11.3°) corresponding to a near-equitorial paleolatitude (0.5°N ± 6°) and yielding a paleopole at 84.6°E, 35.9°N (dm = 11.3°; dp = 5.6°). A positive fold test shows that the remanence was acquired before Devonian deformation. A positive conglomerate test and a reversal of the magnetization in a continuous redbed sequence demonstrates that the remanence was acquired at the time of formation, which has been assigned to the Early Silurian on the basis of a U–Pb zircon date of 431 ± 5 Ma.No other undisputed primary or pre-fold remanence has been reported from Atlantic Canada for the Late Ordovician – Silurian period. Therefore, from paleomagnetic data it is not yet possible to estimate the amount of post-Silurian movement within the Canadian Appalachians. Pre-fold magnetizations from Late Ordovician and Silurian rocks of cratonic North America predict a paleolatitude of 16°S ± 12 °for Newfoundland. However, further results are necessary to determine whether any significant displacement has occurred between Newfoundland and the craton since the Early Silurian.

Une étude paléomagnétique a été effectuée sur les couches rouges et les volcanites felsitiques et mafiques de la région du lac du King George IV dans la zone de Dunnage, dans le sud-ouest de Terre-Neuve. Après déplissement, hématite et magnétite portent toutes deux une direction d'aimantation homogène (D = 29,6°; I = 1,0°; k = 19,3; α95 = 11,3°), correspondant à une paléolatitude voisine de l'équateur (0,5°N ± 6°) et fournissant un paléopôle à 84,6°E, 35,9°N (dm = 11,3°; dp = 5,6°). Le test de pli positif indique que l'acquisition de la rémanence date d'avant la déformation dévonienne. Le test de conglomérat positif et l'inversion de l'aimantation dans une séquence continue de couches rouges démontrent que la rémanence fut acquise au moment du dépôt de la formation, soit au Silurien en se basant sur une date de 431 ± 5 Ma mesurée par U–Pb sur zircon.Aucune autre rémanence primaire dérangée ou antérieure à la phase de plissement n'a été rapportée dans l'est du Canada pour la période de l'Ordovicien tardif – Silurien. Donc, il n'est pas possible à partir des données paléomagnétiques d'estimer l'ampleur du mouvement postsilurien dans les Appalaches du Canada. Les aimantations antérieures à la phase de plissement des roches de l'Ordovicien tardif et du Silurien du craton de l'Amérique du Nord prédisent pour Terre-Neuve une paléolatitude de 16°S ± 12°. Cependant, d'autres études sont nécessaires pour déterminer si un déplacement significatif s'est manifesté entre Terre-Neuve et le craton depuis le Silurien précoce. [Traduit par la revue]