Abstract

A recently recognized series of northwest-trending mafic dykes cuts the Cambro-Ordovician Meguma Group along the eastern shore of Nova Scotia. Some of the dykes contain gneissic and (meta)plutonic xenoliths interpreted here as including fragments of the basement to the Meguma Group.Most of the gneissic xenoliths in the dyke exposed at Popes Harbour are sillimanite- and (or) kyanite-bearing quartz-poor metapelites and garnet + orthopyroxene-bearing tonalitic rock. Other enclaves include amphibolite, quartzite, gabbro, granite–granodiorite, and granitic pegmatite. Textural features suggest that the earliest paragneissic assemblage included poikiloblastic garnet (XFe = 0.55–0.65, XMg = 0.05–0.30, XCa = 0.02–0.16, XMn = 0.02–0.16), biotite, kyanite and (or) sillimanite, oligoclase, and quartz. Subsequent recrystallization at higher temperature and (or) lower pressure conditions is suggested by the replacement of kyanite by sillimanite. Mineral core composition data indicate early metamorphic conditions of ~450–600 MPa (gt–Al2SiO5–pl–qz and gt–opx–pi–qz barometers) and at least 600 °C (gt–bi and opx–gt thermometers), which lie close to the kyanite–sillimanite boundary and do not clearly distinguish the kyanite- and sillimanite-forming events. Other relatively high temperature and (or) lower pressure texturally overprinting assemblages include, in the pelites, (i) sapphirine (XMg = 0.75), spinel (XMg = 0.45–0.65), corundum, and rutile (all with anatectic(?) calcic plagioclase or ternary feldspar rims); and (ii) calcic rims on plagioclase and pyrope-rich overgrowths on garnet in both pelitic and tonalitic gneiss.The polymict assemblage of xenoliths in the Popes Harbour dyke testifies to the heterogeneity of the basement to the Meguma Group.

Une série de dykes mafiques de direction nord-ouest qui n'a été identifiée récemment recoupe le long de la côte occidentale de la Nouvelle-Ecosse le Groupe de Meguma, d'âge cambro-ordovicien. Certains de ces dykes renferment des xénolites gneissiques et (méta)plutoniques interprétés ici comme contenant des fragments des roches de la base du Groupe de Meguma.La plupart des xénolites gneissiques dans le dyke exposé à Popes Harbour contiennent de la sillimanite et (ou) de la kyanite, des métapélites pauvres en quartz et une roche tonalitique à grenat + orthopyroxène. D'autres enclaves sont formées d'amphibolite, quartzite, gabbro, granite–granodiorite et pegmatite granitique. Les particularités texcturales suggèrent que l'assemblage paragneissique, le plus ancien, renfermait des poeciloblastes de grenat (XFe = 0,55–0,65, XMg = 0,05–0,30, XCa = 0,02–0,16, XMn = 0,02–0,16), biotite, kyanite et (ou) sillimanite, oligoclase et quartz. Le remplacement de la kyanite par la sillimanite indique qu'il y a eu recristallisation subséquente dans des conditions de température élevée et (ou) de faible pression. La composition des coeurs des minéraux révèle des conditions au début du métamorphisme d'environ 450–600 MPa (baromètres gt–Al2SiO5–pl–qz et gt–opx–pl–qz) et d'au moins 600 °C (thermomètres gt–bi et opx–gt), lesquelles correspondent d'assez près à la limite kyanite–sillimanite, sans toutefois distinguer clairement les stades de formation de la kyanite et sillimanite. D'autres assemblages de surimpression texturale à température relativement élevée (et (ou) à plus basse pression) renferment, dans les pélites, (i) de la sapphirine (XMg = 0,75), spinelle (XMg = 0,45–0,65), corindon et rutile (tous avec un plagioclase calcique anatectique(?) ou avec franges de feldspath ternaire), et (ii) des franges calciques sur le plagioclase, et des excroissances riches en pyrope sur le grenat aussi bien dans le gneiss pétitique et que le gneiss tonalitique. L'assemblage de composition différente dans les xénolites du dyke de Popes Harbour certifie l'hétérogénéité des roches de la base du Groupe de Meguma. [Traduit par la revue]