Carbonate-hosted zinc and lead deposits occur in two settings in the Humber Terrane of western Newfoundland: (i) associated with dolomitized units and breccias in Cambrian and Ordovician shelf-facies carbonate rocks; and (ii) as open-space, vein, and breccia fillings associated with calcite within or near the margins of Carboniferous basins. We report 11 new lead-isotope analyses from deposits of the former type on the Great Northern Peninsula (the GNP suite) and 8 new analyses from deposits of the latter type on the Port au Port Peninsula and the northern part of the Bay St. George subbasin (BSG suite).The isotopic composition of lead in galena from the GNP suite defines linear trends in which the lead-isotope ratios increase with stratigraphic height in the Cambro-Ordovician sequence. These trends are interpreted as mixing lines; samples at the non-radiogenic end have very low 207Pb/204Pb but high 208Pb/204Pb ratios relative to 206Pb/204Pb and are interpreted as representing substantial evolution in high-grade metamorphic rocks of the Grenville Structural Province that underlie the sedimentary succession. The more radiogenic source(s?) is probably located within the sedimentary pile and contributed metals to the fluids during their migration to the deposition sites.Lead isotopes in deposits in the Bay St. George area cluster near average crustal model growth curves. Metal sources for these deposits, considered by previous workers as diagenetic in origin, are interpreted as being clastic sediments within the sedimentary basin.

Dans le terrane d'Humber à Terre-Neuve occidentale, les gisements de zinc et de plomb encaissés dans les roches carbonatées se présentent avec deux contextes géologiques différents : (i) associés à des unités dolomitisées et des brèches dans le faciès de la plate-forme continentale formé de roches carbonatées d'âge cambrien et ordovicien; et (ii) sous forme de remplissage d'ouvertures, veines et brêches associées à la calcite à l'intérieur et à la périphérie de bassins d'âge carbonifère. Pour le premier type de gisements situés dans la péninsule Great Northern (série GNP), 11 nouvelles analyses des isotopes du plomb ont été complétées et 8 autres nouvelles analyses le furent pour les gisements du second type localisés dans la péninsule Port au Porte et dans la partie nord du sous-bassin de la baie St. George (série BSG).La composition isotopique du plomb de la galène dans la série GNP définit des tendances linéaires accompagnées dans la séquence cambro-ordovicienne de rapports isotopiques du plomb augmentant avec le niveau stratigraphique. Ces tendances linéaires sont dues à un chevauchement de courbes droites; les échantillons correspondant au pôle non-radiogénique fournissent des rapports 207Pb/204Pb très faibles tandis que les rapports 208Pb/204Pb sont élevés comparativement à ceux de 206Pb/204Pb, et on croit que ces échantillons représentent une évolution substantielle dans les roches métamorphiques de degré élevé de la province structurale du Grenville, lesquelles roches sont sous-jacentes à la succession sédimentaire. La ou les(?) sources plus radiogéniques sont probablement localisées dans la pile de roches sédimentaires, et elles ont fourni des métaux aux fluides durant leur migration vers les lieux des gisements.Les isotopes du plomb dans les gisements de la région de la baie St. George donnent des points regroupés près des courbes moyennes de croissance représentant un modèle crustal. L'origine des métaux attribuée jadis par divers auteurs à un événement diagénétique est maintenant considérée comme due à des sédiments clastiques inclus dans un bassin sédimentaire. [Traduit par la revue]