Cretaceous coal-bearing sequences from the Moose River basin in northern Ontario and the Peace River basin in northeast British Columbia were analysed for trace- and major-element contents. Modes of occurrence of the trace elements are proposed on the basis of Pearson correlation coefficients and scanning electron microscopy coupled with energy-dispersive X-ray analysis.The Moose River basin lignite was deposited in an alluvial floodplain environment, and the restricted mineralogy, dominated by quartz and kaolinite, reflects derivation from a highly weathered terrain. The bituminous coal from the Peace River basin was deposited in an alluvial to deltaic environment, with a dominant mineralogy including quartz, illite, kaolinite, mixed-layer clays, carbonates, barite, feldspar, and pyrite.Trace-element contents in both deposits are comparable to the average concentration in United States coals. Modes of occurrence of trace elements in the coals are extremely variable and depend on local conditions both during deposition and subsequently. Association with the organic matter is the most common mode of occurrence of trace elements in the Moose River basin lignites, whereas clay minerals are important trace-element sites in the Peace River basin coal.Factors including coal rank, clay mineralogy, nature of the surrounding rocks, and composition of the groundwaters appear to have important influences on the concentrations of the trace elements and their siting in the coals.

Les concentrations des éléments majeure et en traces ont été déterminées pour des séquences à charbon du bassin de la rivière Moose dans le nord de l'Ontario et du bassin de la rivière Peace dans le nord-est de la Colombie-Britannique. L'étude au microscope électronique à balayage couplée à l'analyse par rayons-X en énergie dispersive et les coefficients de corrélation de Pearson ont servi à établir les modes d'occurrence des éléments en traces.La lignite du bassin de la rivière Moose s'est accumulée dans milieu de plaine de débordement alluvionnaire, et la minéralogie fort simple dominée par quartz et kaolinite témoigne d'un héritage de terrains intensément altérés. La houille grasse du bassin de la rivière Peace fut déposée dans un milieu alluvial et deltaïque, et dont la minéralogie est dominée par quartz, illite, kaolinite, minéraux argileux interstratifiés, barite, felspath et pyrite.Les teneurs des éléments en traces dans les deux dépôts sont comparables à la concentration moyenne observée dans les charbons aux États-Unis. Les modes d'occurrence des éléments en traces dans les charbons sont extrêmement variables et dépendent des conditions locales, non seulement durant le stade de sédimentation, mais aussi subséquemment. L'association avec de la matière organique est le mode d'occurrence des éléments en traces le plus commun dans les lignites du bassin de la rivière Moose, tandis que dans le charbon du bassin de la rivière Peace les minéraux argileux forment d'importants sites de fixation d'éléments traces.Les facteurs tels le pourcentage de carbone dans un charbon, la minéralogie des argiles, la nature des roches encaissantes et la composition des eaux souterraines semblent avoir influencé considérablement les concentrations des éléments en traces et leurs sites d'occurrence dans les charbons. [Traduit par la revue]