Abstract

The Red Deer Valley exposes a conformable 350 m thick late Campanian to Early Paleocene fluvial–deltaic coal-bearing sequence named the Edmonton Group. Systematic sampling and paleomagnetic analysis of the dominant lithologies (mudstones, sandstones, and shales) were carried out over five sections correlated by coal seams to provide some 500 sites (stratigraphic levels). Primary detrital remanent magnetization directions after alternating field cleaning produce a polarity reversal pattern correlatable to sea-floor magnetic anomalies 29–33.The Campanian–Maastrichtian boundary, based upon the first appearance of Wodehouseia, and the Maastrichtian–Paleocene (Cretaceous–Tertiary) boundary, based upon an Ir anomaly associated with dinosaur and Cretaceous palynofloral extinctions, correlate closely magnetostratigraphically with the marine foraminiferal section at Gubbio, Italy. Radiometric dating of bentonites has indicated the ages of these boundaries to be approximately 71 and 64 Ma, respectively.

Dans la vallée de Red Deer affleure une séquence fluviale–deltaïque contenant du charbon, d'une puissance de 350 m, désignée le groupe d'Edmonton, et d'âge compris entre le Campanien supérieur et le Paléocène inférieur. Un échantillonnage systématique et une analyse paléomagnétique des unités lithologiques dominantes (mudstones, grès et schistes argileux) ont été réalisés sur cinq coupes corrélées par des filons houillers fournissant quelques 500 sites (niveaux stratigraphiques). Les directions de l'aimantation rémanente détritique primaire, après traitement par champs alternatifs, présentent un motif de polarité inversée corrélatif avec les anomalies magnétiques 29–33 du plancher océanique.La limite du Campanien–Maastrichtien, établie au moyen de la première apparition de Wodehouseia, et la limite du Maastrichtien–Paléocène (Crétacé–Tertiaire), fondée sur une anomalie Ir associée avec les extinctions des dinosaures et de la palynoflore du Crétacé, sont en étroite corrélation magnétostratigraphique avec la coupe riche en foraminifères marins à Gubbio, Italie. La datation radiométrique des bentonites donnent pour ces limites approximativement 71 et 64 Ma, respectivement. [Traduit par le journal]