The komatiitic basalts of the Ottawa Islands in eastern Hudson Bay are on strike with and believed to form a continuation of similar units of the Cape Smith Belt 150 km to the northeast. Units sampled in the Ottawa Islands all dip gently to the west and hence are not suitable for an internal fold test of their age of magnetization. However, before correcting for the tilt of the lavas, the dominant magnetization direction (D = 207.6°, I = 61.9°, k = 168, α95 = 3.7°) does not differ significantly from the uncorrected magnetization direction reported from the steeply dipping, northwest-facing units at Cape Smith (D = 218°, I = 60°, k = 47, α95 = 4°). This negative fold test suggests that the remanence at both locations was acquired after folding. Comparison with the North American Precambrian apparent polar wander path implies that overprinting is related to the Hudsonian Orogeny.A second stable magnetization directed to the west with a shallow inclination is superimposed on the dominant component at a number of sampling sites. Its direction is poorly defined and no fold test is possible. However, magnetic evidence suggests that this component was probably acquired as an overprint after the dominant magnetization, perhaps during a mild reheating associated with the Elsonian Orogeny.

Les basaltes komatiitiques des îles Ottawa de l'est de la baie d'Hudson sont de même direction et semblent former une continuation avec les unités analogues de la ceinture de Cape Smith à 150 km au nord-est. Les unités échantillonnées dans les îles Ottawa présentent toutes un faible pendage vers l'ouest et par conséquent le test de plissement interne pour leur âge d'aimantation ne peut être appliqué adéquatement. Cependant, avant correction pour l'inclinaison des laves, la direction d'aimantation dominante (D = 207,6°, I = 61,9°, k = 168, α95 = 3,7°) ne diffère pas significativement de la direction d'aimantation non corrigée obtenue pour les pendages abrupts des unités faisant face au nord-ouest à Cape Smith (D = 218°, I = 60°, k = 47, α95 = 4°). Ce test de plissement négatif indique que la rémanence aux deux emplacements fut acquise antérieurement à la phase de plissement. Une comparaison avec la courbe de la dérive apparente des pôles du Précambrien de l'Amérique du Nord implique qu'une surimpression est associée à l'orogenèse de l'Hudsonien.Une deuxième aimantation stable de direction ouest caractérisée par une inclinaison peu profonde se superpose à la composante dominante à un certain nombre de sites d'échantillonnage. Sa direction est mal définie et l'application du test de plissement est impossible. Cependant, les mesures magnétiques suggèrent que cette composante aurait pu être acquise sous forme d'une surimpression ultérieurement à l'acquisition de l'aimantation dominante, possiblement durant un réchauffement modéré associé avec l'orogenèse de l'Elsonien. [Traduit par le journal]