Abstract

The skull of the Lower Triassic reptile Procolophon is described on the basis of newly prepared specimens in the collection of the British Museum (Natural History) and from casts made from high-fidelity natural molds. It is concluded that this genus had a large tympanum supported by the supratemporal, squamosal, and quadratojugal. The stapes remains incompletely known but probably functioned as part of an impedance-matching system comparable with that of modern lizards. The teeth of the upper and lower jaws are inset from the margin of the skull, suggesting the presence of cheeks. Jaw movement is confined to the vertical plane. Neither resorption pits nor weakly attached crowns provide evidence of tooth replacement. The position of the teeth is controlled so that the upper and lower teeth interdigitate exactly, with wear facets on the anterior and posterior surfaces. A natural cast of the nasal cavities resembles that of Triassic cynodont therapsids, suggesting the presence of turbinais and extensive olfactory epithelium. Procolophonoids may have evolved from the primitive, protorothyrid reptiles. They show no close affinities with other anapsids.

Les spécimens nouvellement préparés de la collection du British Museum (Histoire Naturelle) et les empreintes obtenues grâce à des moules naturels très représentatifs ont permis de décrire le crâne du reptile Procolophan du Trias inférieur. L'étude mène à la conclusion que ce genre possédait un grande membrane tympanique supportée par un os supratemporal, squamosal et quadratojugal. Même si l'élrier demeure incompris en partie, il semble que son fonctionnement répondait à un système d'équilibrage des impédances comparable à celui des lézards actuels. Les dents des mâchoires supérieure et inférieure sont insérées à partir de la marge du crâne, suggérant la présence de joues. La mâchoire ne pouvait être articulée que dans le plan vertical. Ni les cavités de résorption et ni les couronnes faiblement attachées indiquent qu'il y eu remplacement des dents. La position des dents est telle que les dents inférieures et supérieures s'interdigitaient avec exactitude, avec les facettes de friction localisées sur les surfaces antérieure et postérieure. Les cavités nasales d'une empreinte naturelle ressemblent à celles d'un thérapsidé cynodonte triasique, ce qui suggère la présence d'os turbinés et d'un épithélium olfactif étendu. Les procolo-phonoïdés ont pu évoluer à partir des reptiles primitifs protorothyridés. Il n'y a pas d'affinités qui les apparentent de près avec les anapsidés, [Traduit par le journal]