A north–south-trending belt of amphibolite facies regional metamorphism parallels the Purcell Trench, transects the Kootenay Arc, and is, in part, fault bounded. Towards the axis of this belt progressively higher pressure metamorphic mineral assemblages are exposed in the contact aureoles of post-kinematic, mid-Cretaceous (~100 Ma) plutons and in metapelites. Contours of K–Ar biotite dates for plutonic rocks (55–95 Ma) are regular, are broadly conformable with metamorphic isograds, appear to cross internal intrusive contacts of post-kinematic plutons, and young towards the highest pressure and temperature regional metamorphic zones. Within the sillimanite zone most micas yield K–Ar dates between 40 and 55 Ma; Rb–Sr muscovite dates for deformed and undeformed pegmatites and for muscovite-bearing monzogranite and granodiorite fall between 53 and 84 Ma. U–Pb zircon dates for the Kaniksu batholith and nearby gneiss of uncertain origin yield a lower concordia intercept of 94 Ma. Micas from mid-Jurassic and mid-Cretaceous plutons yielding conventional K–Ar dates between 55 and 100 Ma also yield plateau-shaped 40Ar/39Ar age spectra that are indicative of normal closure to Ar diffusion due to cooling during this time interval.Contrasting isotopic cooling curves for plutonic rocks in the Purcell Anticlinorium and in the metamorphic infrastructure imply that these regions had different thermal histories. Combined with metamorphic mineral assemblage data and interpreted in terms of uplift and erosion, these curves support a tectonothermal model for the development of the Kootenay Arc and Purcell Anticlinorium that involves (1) mid-Cretaceous emplacement of post-kinematic plutons into a tectonically dormant supra-structure accompanying renewed heating, deformation, and metamorphism in the deepest levels of an evolving infrastructure; (2) slow cooling from mid- to Late Cretaceous time; (3) uplift and erosion of the continental terrace wedge and post-kinematic plutons and parts of the mid-Cretaceous infrastructure in latest Cretaceous–earliest Tertiary time as these rocks were thrust eastward over a steplike feature in the basement leading to the formation of the Purcell Anticlinorium; and (4) rapid uplift and cooling of the metamorphic infrastructure in Eocene time.

Une ceinture de roches de métamorphisme régional du facies des amphibolites est orientée nord–sud parallèle au sillon de Purcell, elle coupe transversalement l'arc de Kootenay, et elle est en partie limitée par des failles. Les roches qui affleurent dans les auréoles de contact des plutons d'âge Crétacé moyen (~100 Ma) post-tectoniques et les métapélites exhibent en direction de l'axe de cette ceinture des assemblages de minéraux métamorphiques de pression progressivement croissante. Les courbes des âges K–Ar sur biotite (55–95 Ma) des roches plutoniques sont régulières, largement concordantes avec les isogrades métamorphiques, traversent les contacts intrusifs internes des plutons post-tectoniques, et dans les zones métamorphiques de pression et température élevées on assiste à une diminution des âges. Dans la zone à sillimanite, la majorité des micas fournissent des âges K–Ar de 40 à 55 Ma, les âges Rb–Sr sur muscovite pour les pegmatites déformées et non-déformées et pour le monzogranite à muscovite et la granodiorite sont compris entre 53 et 84 Ma. Les âges U–Pb sur zircon pour le batholite de Kaniksu et les gneiss avoisinants d'origine méconnue présentent dans le diagramme de Concordia un point d'interception plus bas à 94 Ma. Les micas des plutons du Jurassique moyen et Crétacé moyen fournissent les âges K–Ar attendus situés entre 55 et 100 Ma, et sont caractérisés par une courbe 40Ar/39Ar avec plateau, ce qui indique un arrêt normal dans la diffusion de l'Ar causé par un refroidissement durant cet intervalle de temps.La comparaison des courbes de refroidissement isotopique pour les roches plutoniques de l'anticlinorium de Purcell et pour l'infrastructure métamorphique impliquent que ces régions subirent des épisodes thermiques différents. En considérant l'étude des assemblages de minéraux métamorphiques et en les interprétant en termes de soulèvement et d'érosion, ces courbes appuient un modèle tectonothermique qui explique le développement de l'arc de Kootenay et de l'anticlinorium de Purcell en supposant (1) une mise en place au Crétacé moyen des plutons post-tectoniques dans une suprastructure dormante et qui fut accompagnée d'une réactivation thermale, de déformations et d'un métamorphisme aux niveaux les plus profonds de l'infrastructure en voie de changement; (2) un refroidissement lent entre le Crétacé moyen le Crétacé supérieur; (3) un soulèvement et une érosion du prisme de la terrasse continentale, des plutons post-tectoniques et de segments de l'infrastructure crétacée moyen vers le fin du Crétacé–début du Tertiaire lors du charriage de ces roches en direction est au-dessus de la structure en échelons du socle et entraînant la formation de l'anticlinorium de Purcell; et (4) un soulèvement rapide et un refroidissement de l'infrastructure métamorphique au cours de l'Éocène. [Traduit par le journal]