The X-ray diffraction analysis of 75 thin volcanic clay bands in the Lower Cretaceous of the Peace River coalfield shows kaolinite and mixed-layer illite–smectite to be the two clay minerals present. Kaolinite is dominant in the clay bands (tonsteins) in the coal-bearing Gething and Gates formations, whereas illite–smectite is dominant in the clay bands (K-bentonites) in the marine Moosebar Formation. A complete gradation exists between the two clay minerals, demonstrating their common volcanic origin. Volcanic textures are seen in thin section. The relationship between clay composition and depositional environment corresponds with the clay stability fields with smectite the precursor of the mixed-layer clay. The proportion of illite in the latter averages 22% and corresponds with the coal rank. The major-element analyses mainly reflect the clay composition but with contributions from resistate and diagenetic minerals. Amongst the trace elements there are those that are both immobile in the alteration process and diagnostic of a specific volcanic composition. Based on such trace elements the ash composition is thought to have ranged from rhyolite to dacite, perhaps due in part to original grain-size variation as in tephra beds.

L'analyse par diffraction des rayons-X de 75 bandes minces volcaniques argileuses du Crétacé inférieur de la région du basin houiller de Peace River montre que les deux minéraux argileux présents sont la kaolinite et l'interstratifié illite–smectite. La kaolinite prédomine dans les bandes argileuses (tonsteins) des formations houillères de Gething et de Gates, tandis que l'illite–smectite prévaut dans les bandes argileuses (bentonites-K) de la formation marine de Moosebar. La transition graduelle qui existe entre ces deux minéraux argileux démontre leur origine volcanique commune. Des textures volcaniques sont observées en lame mince. La relation entre la composition des argiles et le milieu de sédimentation correspond aux champs de stabilité des argiles où la smectite précède l'apparition de l'interstratifié. La proportion moyenne de l'illite dans ce dernier est de 22% et elle correspond à la catégorie des charbons. L'analyse des éléments majeurs reflète en général la composition de l'argile, incluant cependant une part due aux roches résistantes à l'altération et aux minéraux de diagénèse. Parmi les éléments traces, se retrouvent ensemble ceux qui ne sont pas mobilisés par les processus d'altération et ceux qui sont caractéristiques d'une composition volcanique spécifique. Les éléments traces des cendres volcaniques sont interprétés comme indicateurs de compositions qui étaient comprises entre la rhyolite et la dacite, et possiblement influencés en partie par la variation granulométrique telle que présente dans les lits de tephra. [Traduit par le journal]