Abstract

High-resolution aeromagnetic data from the Larder Lake – Kirkland Lake region have been analyzed to develop optimum maps for geologic interpretation. The use of the apparent susceptibility technique has led to a map that shows clearly the major lithologies in a major synclinorium in the Abitibi Greenstone Belt. Calc-alkaline volcanics of the Blake River group are weakly magnetic, but show ring-like anomalies associated with intrusives where magnetite has been generated in the country rock. Alternating bands of Mg-rich and Fe-rich tholeiites of the Kinojevis Group show a strong magnetization associated with the Fe-rich phases. Gabbroic intrusions underlain by serpentine and peridotite give strong levels of magnetization.These various units have been sampled and it is shown that the susceptibility is not high enough to account for the anomalies. Rather, the anomalies are associated with the mean natural remanent magnetization in the formations sampled. These studies have led to a revised geological map of this region.

Les données d'un relevé aéromagnétique à haute résolution effectué dans la région du lac Larder – lac Kirkland ont été analysées dans le but de produire des cartes optimales servant à l'interprétation géologique. L'utilisation de la technique de susceptibilité apparente a permis de dresser une carte montrant clairement les principales unités lithologiques dans un synclinorium majeur de la ceinture de roches vertes de l'Abitibi. Les roches volcaniques calco-alcalines du groupe Black River sont légèrement magnétiques, mais elles présentent des anomalies en forme d'anneau associées avec des intrusifs où la magnétite avait cristallisé dans la roche encaissante. Les bandes alternantes de tholéiites riches en Mg et riches en Fe appartenant au groupe Kinojevis possèdent une forte aimantation associée aux phases riches en Fe. Des intrusions gabbroïques avec serpentines et péridotites sous-jacentes fournissent des niveaux avec une aimantation élevée.Les diverses unités furent échantillonnées et il est démontré que la susceptibilité n'est pas suffisamment intense pour expliquer la présence des anomalies. Les anomalies sont plutôt associées à l'aimantation rémanente naturelle moyenne dans les formations échantilonnées. Ces études ont permis d'élaborer une carte géologique révisée de cette région. [Traduit par le journal]