Abstract

Lowell Glacier, a large valley glacier in the St. Elias Mountains of southwestern Yukon Territory, advanced across Alsek Valley and blocked south-flowing Alsek River many times during the Neoglacial interval. The resulting lake, termed Neoglacial Lake Alsek, extended east of the front of the St. Elias Mountains and inundated parts of Dezadeash Valley that presently are populated. Lake Alsek, at its maximum, was about 200 m deep at the glacier dam and over 100 km long. Staircase flights of beaches, wave-cut benches, layers of driftwood, and thin lacustrine sediments provide evidence of the former lake. Giant dunes and flood terraces on the floor of Alsek Valley indicate that the lake emptied catastrophically when the Lowell Glacier dam failed.Several phases of Lake Alsek have been identified. Each was preceded and followed by intervals during which the lake was empty and the present southward drainage pattern in Alsek Valley prevailed. Historical records, radiocarbon and tree-ring dates on driftwood, and radiocarbon dates on buried soils separating lacustrine units indicate that Lake Alsek extended into Dezadeash Valley sometime between A.D. 1848 and 1891, between A.D. 1736 and 1832, twice between 250 and 500 years ago, and at least once between 800 and 2900 years ago. In addition, a small lake may have existed in Alsek Valley after 1891, but before 1917, although the evidence for this is equivocal. During each ponding phase, Lake Alsek may have emptied and filled repeatedly, perhaps on a regular cycle, as is common for some existing glacier-dammed lakes.Lowell Glacier, during a future surge, might again block Alsek River and form a new lake. However, populated areas in Dezadeash Valley probably would not be inundated because Lowell Glacier has thinned and receded somewhat since Lake Alsek last extended beyond the St. Elias Mountains in the nineteenth century.

Le glacier Lowell, un grand glacier des montagnes St-Elias dans le sud-ouest du Territoire du Yukon, a avancé en travers de la vallée Alsek et a bloqué l'écoulement en direction sud de la rivière Alsek plusieurs fois pendant l'intervalle néoglaciaire. Le lac résultant, appelé le lac Alsek néoglaciaire, s'est étendu à l'est du front des montagnes St-Elias et a inondé des secteurs de la vallée Dezadeash qui sont actuellement habités. Des plages formant des paliers disposés en escalier, des banquettes d'érosion littorale, des couches de bois flottant et un mince lit de sédiments lacustres apportent les preuves de l'existence d'un ancient lac. Des dunes géantes et des terrasses d'inondation au bas de la vallée Alsek indiquent que le lac s'est vidé de manière catastrophique lorsque le barrage formé par le glacier Lowell a cédé.Plusieurs phases du lac Alsek ont été identifiées. Chaque phase a été précédée et suivie par des intervalles pendant lesquels le lac se vidait et dont le drainage actuel du lac vers le sud dans la vallée Alsek prédominait. Des renseignements historiques, des datations au radiocarbone et à l'aide des anneaux de croissance mesurés dans le bois flottant, et des datations au radiocarbone de sols enfouis séparant les couches lacustres indiquent que le lac Alsek s'étendait dans la vallée du Dezadeash pendant quelque temps entre 1848 et 1891 A.D., entre 1736 et 1832 A.D., deux fois entre il y a 250 et 500 ans passés et au moins une fois entre il y a 800 et 2900 aus passés. En plus, un petit lac a pu exister dans la vallée Alsek après 1891, mais avant 1917, bien que la preuve demeure équivoque. Durant chaque phase de formation du lac Alsek résultant d'un barrage par le glacier, le lac a pu se vider et se remplir de manière répétitive, probablement avec un cycle régulier, comme on le rencontre fréquemment pour les lacs ainsi formés à l'aide d'un barrage par un glacier.Le glacier Lowell pourrait lors d'une future avancée glaciaire bloquer à nouveau la rivière Alsek et former un nouveau lac. Cependant, les régions habitées dans la vallée Dezadeash ne seraient probablement pas inondées car le glacier Lowell s'est aminci et a considérablement reculé depuis sa dernière avancée loin des montagnes St-Elias au cours du dix-neuvième siècle. [Traduit par le journal]