Abstract

The Kenora area, at the south margin of the English River Subprovince, consists of polydeformed gneisses intruded by granitoid plutons, some of which are also deformed. The gneisses are mainly tonalites of igneous origin, but contain remnants of an earlier, dominantly mafic, supracrustal sequence and severely deformed pegmatites.Within the gneissosity are intrafolial F1 folds subsequently refolded by tight-to-open F2 folds. Major F2 folds can be delineated from the geometry and distribution of minor F2 structures. During deformation the area was subjected to upper amphibolite facies metamorphism (650–750 °C, 4–7 kbar (400–700 MPa)) with K-feldspar megacrysts and garnet developed in the deeper levels. Major F2 folds are refolded in a rim synform (F3), which developed synchronously with the emplacement of the Dalles granodiorite, an event that also created a plunge culmination uplifting part of the deeper K-feldspar megacryst – garnet structural level. Cumulative apparent dextral displacement of 6 km in two periods of movement, related partly to the emplacement of the Dalles granodiorite, is suggested for a major fault 1.5 km north of, and parallel to, the English River – Wabigoon Subprovince interface. Open, upright F4 folds caused buckling of dioritic dikes and pegmatites. Later deformation involved minor faulting and joint development.Rb–Sr isotopic studies indicate that this geological history took place within about 150 Ma with most activity over by 2600 Ma. It is proposed that this should be selected as the type area for the Kenoran Orogeny.

La région de Kenora, située à la bordure sud de la sous-province de English River, est composée de gneiss polydéformés envahis par des plutons granitoïdes, certains d'entre eux sont également déformés. Les gneiss sont principalement des tonalités d'origine ignée, mais contenant des résidus d'une séquence supracrustale plus ancienne à dominance mafique et de pegmatites intensément déformées.Dans la gneissosité s'observent des plis d'interfoliation F1 subséquemment repris par des plis serrés-à-ouverts F2. Les plis majeurs F2 peuvent être tracés à partir de la géométrie et de la distribution des structures mineures F2. Durant la phase de déformation la région a subi le métamorphisme du faciès des amphibolites intense (650–750 °C, 4–7 kbar (400–700 MPa)) avec formation de mégacristaux de feldspath-K et de grenat dans les niveaux les plus profonds. Les plis majeurs F2 sont replissés en un synforme de périphérie (F3) qui s'est développé synchroniquement avec l'emplacement de la granodiorite de Dalles, un événement qui a également provoqué un soulèvement avec plongée culminante d'une partie du niveau structural profond à mégacristaux de feldspath-K et de grenat. Un déplacement apparent dextre et cumulatif de 6 km en deux périodes de mouvement, relié en partie à la mise en place de la granodiorite de Dalles, est proposé pour expliquer la faille majeure située à 1.5 km au nord et en parallèle à l'interface de la sous-province English River – Wabigoon. Des plis ouverts à symétrie droite F4 ont causé une flexure des dykes dioritiques et de pegmatites. Une déformation ultérieure entraîna l'apparition de failles mineures et le développement de diaclases.Des déterminations isotopiques Rb–Sr indiquent que ces phénomènes géologiques sont apparus il y a environ 150 Ma et se sont terminés avant 2600 Ma. Il est suggéré que cette région soit choisie comme région-type de l'orogénie kénorienne. [Traduit par le journal]